13 novembre 2014

De Caen à Ouistreham : histoire d'un canal

Le Petit Bédouin vous invite, selon ses principes, à vous pencher sur l'histoire du canal de Caen à la mer afin de toujours mieux connaitre votre environnement. Ce canal maritime qui débouche à Ouistreham a changé la vie de notre ville. Réclamé pendant des siècles par les commerçants et les industriels il n'a véritablement existé qu'en 1857 pour pallier les difficultés de navigation sur l'Orne. Mais voyons les choses de plus près...


Contexte géographique : l'Orne de la Baie de Sallenelles à Caen

Entre Caen et la mer l'Orne atteint un profil plat qui empêche la rivière de repousser, d'une part, les alluvions marines apportées par les marées et, d'autre part, les alluvions fluviales qui se déposent faute de courant suffisant. Cette zone d'estuaire marécageuse entraine une grande variation de la profondeur du lit de la rivière et des difficultés de navigation. A partir de Caen, l'Orne et son affluent l'Odon, forment un réseau complexe avec de nombreux méandres jusqu'à la mer. Ce réseau fluvial se ramifie à travers des sables légers jusqu'à l'embouchure délimitée à l'ouest par les rochers de Lion-sur-mer et, à l'est, par le littoral de Merville-Franceville. La vallée s'élargit donc à son embouchure en un estuaire en forme de croissant autour de la Pointe du Siège.

La navigation sur l'Orne avant la construction du canal



L'utilisation de l'Orne pour le commerce du port de Caen est très ancienne et a probablement atteint son apogée au moment de la domination normande en Angleterre. Le transport de la pierre par bateau, des carrières de la plaine de Caen, ouvertes par Guillaume Le Conquérant pour édifier la Tour de Londres et la Cathédrale de Canterbury, a très vraisemblablement suivi ce trajet. Ce réseau maritime fut donc un lieu d'intense trafic, même si, dès le Moyen Age, on relate que des commerçants de Caen soulignaient les difficultés de navigation et réclamaient des améliorations.

Au XVe siècle le trafic diminue, entre autre, en raison de l'envasement. De nombreuses demandes de travaux, des pétitions se succédèrent pour demander l'amélioration de la navigation de ce tronçon de rivière reliant Caen à la mer. Au XVI et XVII siècles des travaux ont réduit quelques méandres. Des études se suivent et non des moindres avec le projet Vauban en 1679, le projet Lefèvre en 1765...pour améliorer la navigation sur l'Orne.  Mais c'est au XVIII siècle que l'idée du creusement d'un canal latéral à l'Orne nait dans l'esprit de l'ingénieur Cachin. Les projets de Lescaille en 1804 et de Patu en 1811 complètent les études de Cachin.  


Un canal de Caen à la mer

Napoléon Ier entérine l'idée d'un canal lors de sa visite à Caen en 1811 convaincu de l'avenir portuaire du site. Mais la chute de l'Empire en retarde l'exécution. C'est donc ultérieurement le projet de l'ingénieur Eustache qui est adopté en 1838. Il prévoit le creusement d'un canal débutant au Bassin Saint-Pierre à Caen. Cet ouvrage suivra la rive gauche de l'Orne et débouchera à Ouistreham à l'est de la Pointe du siège. La profondeur doit atteindre 4 m et la largeur variera entre 12 et 27 m. Deux écluses ponctueront ce tracé : une à l'entrée du canal à Caen et une seconde à Ouistreham. Les travaux nécessiteront de commencer par le creusement d'un nouveau lit pour l'Orne.  

600 ouvriers travaillèrent sur ce chantier qui a connu cependant des interruptions bien françaises ! manque de crédits, tricherie des entreprises, grèves ! Rien de nouveau sous le soleil de France ! 

Article de Fulgence Girard paru dans Le Monde illustré n°22, p. 12, le 12/09/1857.


Impacts économiques du canal     

C'est très vite un formidable succès entrainant de nouveaux développements : 
- construction d'une ligne de tramway entre Caen et Ouistreham en 1891 pour le transport de marchandises et de voyageurs;
- développement du trafic avec la côte occidentale de l'Afrique avec la société navale caennaise ;
- positionnement du port de Caen au 7ème rang des ports français pour le transport des marchandises grâce  particulièrement au transport du minerai de fer de May-sur-Orne et Saint-André-sur-Orne et plus tard des produits des hauts fourneaux et aciérie; 
- installation de compagnies anglaises pour développer le tourisme;
- construction d'une nouvelle écluse en 1903 pour faciliter l'entrée des bateaux de plaisance;
- utilisation des chemins de hallage comme lieu de promenade pour piétons et cyclistes;
- construction du phare en 1905;
- approfondissement du chenal (plus de 6 m ) en 1912; 
- changement des écluses...

Les choix économiques faits plus tard au niveau de l'Etat français pénalisent l'activité portuaire : abandon de l'exploitation du minerai de fer normand au profit de celui de Lorraine, fermeture des chantiers navals en 1954 remplacés par la SAVIEM.... Donc jusqu'en 1986 les échanges portent sur les aciers et les céréales pour les exportations tandis que houille, minerai de fer, bois et pétrole sont importés. 

C'est la liaison transmanche, Ouistreham-Portsmouth, inaugurée le 6 juin 1986 qui revigore le port de Ouistreham (cf article La Brittany et son Paysan Directeur Général du 30/08/2014). Ce développement s'est accompagné d'un élargissement et d'un nouvel approfondissement du chenal. 

Notons que le long du canal les activités portuaires se maintiennent avec les céréales, le bois, la houille mais les exportations s'effondrent avec la fermeture de la SMN (société métallurgique normande). D'autres activités se sont malgré tout développées : sables, granulats, récupération de déchets industriels...   

Impacts naturels du canal    


Le creusement du canal a modifié le littoral : déficit en alimentation sableuse de certains endroits du littoral (Pointe du Siège, Merville-Franceville,..) ou a contrario dépôts importants de sables sur la plage de Riva Bella ou dans le chenal qui doit être dragué régulièrement. 50 000 m3 de sédiments doivent être dragués annuellement entre Caen et la mer !

Les risques d’inondations constituent la deuxième difficulté liée à ces travaux. Si les crues de l'Orne sont relatées dans l'histoire, celle de 1995 a traumatisé la ville de Ouistreham. Depuis des dispositions ont été prises pour éviter de tels risques. Comptons sur leur efficacité !   

Pour en savoir plus