26 mars 2016

Silence et huis clos démocratique !

Dans nos sociétés sans cesse soumises aux bruits et à l'agitation, il est un luxe parfois que l'on aimerait s'offrir : le silence. Beaucoup de personnes viennent d'ailleurs le chercher ici à Ouistreham, la mer apaise et vient parfois effacer tous les bruits. Le vent, juste un murmure, et le regard au large, on vient souvent sur la plage pour reposer son esprit. En musique le silence est un signe qui indique une pause sur la partition et qui participe à l'harmonie d'une mélodie. Le silence est aussi une marque de respect envers ceux qui sont partis définitivement, un moment de recueillement ou tout s'arrête pour que chacun, face à lui même, puisse se recueillir. Le silence s'achète aussi parfois...


Conseil municipal du 21/03/2016
Les portes de la Mairie sont verrouillées de l'intérieur par des menottes !!!!



Et puis il y a des silences dérangeants, quand votre interlocuteur se tait et qu'il vous ignore. Silence d'autant plus coupable qu'il vient de quelqu'un qui est d'habitude tellement bavard, volubile. Des questions limpides qui restent sans réponses, dans une salle glaciale, tendue, où l'on entend des mains sur les grilles des fenêtres, où les rideaux sont tirés, où les portes sont fermées avec des menottes. "On aimerait bien dialoguer avec vous, échanger sur certaines choses que les habitants demandent... " dit ce jeune habitant. Un maire qui ignore le citoyen qui le questionne calmement et auquel il serait décent de répondre, c'est son rôle, son devoir, ce pour quoi il a été élu. On prétextera que ce n'est pas le moment, on fait la sourde oreille aux bruits du peuple qui s'agite, on se réfugie dans son monde.




Pour seule et unique réponse, symbole de l'ouverture d'esprit et de la volonté de dialogue du Maire de Ouistreham, le huis clos entre soi.

La Police municipale dans la mairie le 21 mars 2016

Sur le mur derrière lui dans la salle du conseil, le buste de Marianne est impassible, impuissante, silencieuse elle aussi mais de honte. Où est passée la démocratie, le gouvernement du peuple par le peuple ? Dans les mains de gens qui ne l'aiment pas peut être ?

Gloire à toi, Marianne !