08 octobre 2016

Opération "Ridiculous"

Le spectacle qui s'offre à nous depuis des mois maintenant est souvent affligeant et burlesque. Un nouvel exemple ? Vous avez dit oui ? Alors voilà ! Quelques jours après que Michel Fricout maire-adjoint et conseiller départemental se soit épanché joyeusement dans la presse pour parler de l'avancée du partenariat public/privé il y a eu du tragi-comique place de la mairie. Jugez vous même !

Tout d'abord rappelons-nous l'interview de Michel Fricout dans Ouest France le 23 septembre dernier.


 Ah Monsieur Fricout !  
Un sens de l'humour très particulier !
ou l'art de prendre les gens pour des imbéciles ! 


Puis jeudi dernier le titre du journal Liberté  affiché devant "Le commerce" était, lui, sans équivoque, franc et direct ! Aïe aïe le Monsieur Fricout ! Dans quel guêpier êtes-vous tombé ! On vous imagine maintenant en train de réfléchir à une réponse moins ridicule que celle que vous avez commise dans la presse ci-dessus. On peut même vous aider dans cet exercice difficile ! On vous suggère de dire "Il semblerait que mes propos aient été mal interprétés"...ou "Il y a eu un problème de communication entre les services de la préfecture et les nôtres..." (Excuse utilisée pour l'interdiction de la plage aux grandes marées rappelez-vous ). Ou encore le devenu célèbre "J'ai mal à ma démocratie", encore faut-il savoir où se trouve cet organe...! En dernier recours enfin et pris d'un mouvement de colère vous pourriez dire : "M. le Préfet vous salissez l'image de notre ville! Hou! Hou! Démissionnez! Démissionnez!". Vous connaissez cette réplique désormais célèbre dans la ville n'est-ce pas ?





Nous les bédouins nous nous disions que la mairie allait devoir déminer ces événements !  Nous en étions là de nos réflexions quand nous avons vu apparaître devant la mairie les camions ci-dessous ! Vous nous connaissez ... après le fou rire, les photos ! Bref opération déminage... !






photos prises au même instant et non truquées
Un mélange de choses sérieuses et de choses comiques comme on les aime ! 

Bon, le mauvais côté des choses c'est que nous avons dû payer une tournée aux copains...!