29 février 2016

Exodus... Eléments de réflexion face aux réfugiés



Si l'Europe possède un socle culturel commun elle a du mal à se définir par rapport à un projet politique. Aujourd'hui on voit seulement un assemblage de pays, d'identités, qui ont parfois du mal à s'entendre surtout face à l'arrivée des réfugiés des conflits du Moyen-Orient. Le gouvernement français ne soutient pas la politique d’accueil de l’Allemagne. L’idéal européen fondé sur la paix entre les peuples, les droits de l’homme et la démocratie est très affaibli. Les habitants des pays fondateurs de l’Europe ne doivent jamais oublier pourquoi elle a été fondée et défendre sans relâche cet idéal face aux doutes nationalistes ou populistes. Il est à souhaiter que l’Europe, et donc aussi la France, continue d’assurer le droit d’asile qui est indissociable de son histoire. Ceux qui se présentent à nos frontières fuyant la guerre rejoignent-ils un continent d'accueil ou une alliance d’égoïsmes ?

Un remarquable article du Monde du 22/02/2016 (Lien) rejoint et conforte l'état d'esprit des rédacteurs du Petit Bédouin qui s'inquiètent pour ces personnes accompagnées d'enfants qui fuient leur pays en guerre et se présentent sur notre territoire.

Depuis quelques jours, suite à la décision du Tribunal Administratif de Lille d'autoriser l'évacuation de la zone sud de la "jungle" de Calais, Ouistreham se trouve sous les feux de l'actualité avec en "guest star" une nouvelle fois... Romain Bail. En effet les migrants qui s'entassaient depuis des mois dans la zone sud du bidonville calaisien, évacués suite à une décision de justice, vont devoir trouver de nouveaux ports d'accueil pour réussir la dernière étape de leur voyage. Oui après Calais ils vont se disperser sur Dieppe, Ostende (Belgique), Le Havre, Cherbourg et  ... Ouistreham.

Si la majorité des Ouistrehamais ont de la compassion pour ces personnes réfugiées, quelques-uns s'organisent déjà depuis des mois pour leur venir en aide pendant que d'autres réfléchissent à des barrières virtuelles pour ne pas être dérangés par ces intrus dans leur horizon. Certes le sujet est sensible, compliqué, et surtout difficile à appréhender. Mais les propos de Romain Bail proférés en public ou lors d'interviews radiophoniques et télévisuels de ces jours-ci ne sont pas à la hauteur d'un élu qui rêve d'un avenir national voire européen. Être maire ne se résume pas à de la représentation volubile, mais à faire acte de dignité, de réserve, d'humilité et surtout à être conscient de la portée de ses actes et paroles.

"Ouistreham ne deviendra pas un nouveau SANGATE ! Toutes les mesures ont été prises en concertation avec les associations et le curé pour qu'il n'y ait pas de maraudes ou de distributions de vivres !"

Si nous ne nous opposons pas à son devoir de police pour que la sureté et l'ordre soient appliqués sur le territoire de notre commune, l'approche humanitaire de cet exode semble inexistante malgré l'éthique qu'il clame et déclame. En bref, cassez-vous ou ne venez pas chez nous sauf si vous payez une taxe de séjour ou à défaut si vous mettez quelques pièces dans mes futurs parcmètres. Et encore ...! Restez où vous êtes ! Arrêtez-vous à Caen où des structures d'accueil ont été mises en place, où des points d'accueil de la Croix-Rouge délivrent des vivres en étroite collaboration avec l'équipe municipale de Monsieur Joël Bruneau.

Chers Ouistrehamais vous allez les croiser de plus en plus, ces réfugiés, lorsque vous déambulez dans les rues de la ville ou simplement en allant promener votre animal de compagnie le long des dunes de Riva. Ces femmes, ces hommes, ces enfants que vous croiserez ne sont pas des intrus mais seulement des êtres humains qui ont parcouru des milliers de kilomètres, traversé des épreuves que tout un chacun n'imagine pas ! Ils ont fui l'horreur, la barbarie et ne souhaitent qu'une seule chose : une terre d'accueil. Ils ne demandent rien... sauf à vivre et à rejoindre, pour la plupart, des proches qui sont de l'autre côté du Channel.


"N'oubliez, pas l'hospitalité, car, grâce à elle,
certains, sans le savoir, ont accueilli des anges."

(Abraham - Gn 18 ; cf. He 13, 2)