14 février 2016

Bail rouge de honte face à indigo !

Une réunion pour quelques personnes  !


Jeudi 11 février une réunion concernant les stationnements payants a eu lieu à la Grange aux Dîmes. Elle ne concernait que "les riverains des zones payantes, commerçants, entrepreneurs, profession libérale d'une part ou résident d'autre part" mais bizarre, (vous avez dit bizarre ? ... comme c'est bizarre ?) les commerçants n'étaient pas prévenus (UCIA en tête) et nombre de riverains également. Malgré ce cafouillage d'une réunion mal programmée, de surcroît pendant la période des vacances scolaires, un peu moins d'une centaine de Ouistrehamais s'étaient déplacés.  Notons aussi que pour la première fois, les représentants d'Indigo (avant Vinci Park) étaient présents pour exposer le projet d'implantation des zones payantes.



Après avoir exposé rapidement les tarifs de stationnements allant de 0,80€ pour 30 minutes à 6 € pour 10 h, un des représentants de Indigo expliqua les détails de la tarification et de son application :
  • avril, mai juin et septembre constitueront la moyenne saison,
  • juillet et août, ou haute saison, seront les mois où les estivants mais aussi les Ouistrehamais devront payer pour aller à la plage, faire leurs courses, venir travailler ou se garer devant chez eux ne bénéficiant que d'une heure gratuite par jour entre 9h à 19h.
Au préalable les riverains devront être enregistrés soit sur internet ou en mairie à partir du 15 mars pour pouvoir bénéficier d'une place gratuite.

Les questions de l'assemblée... qui fâchent


Le recours de l'Association des "Amis du Petit Bédouin" et d'une vingtaine de Ouistrehamais.


Le ton fut vite donné par le premier intervenant qui demanda calmement aux représentants d'Indigo s'ils étaient au courant du recours déposé au Tribunal Administratif par, d'une part l'association "le Amis du Petit Bédouin" (ALPB) et d'autre part une vingtaine de Ouistrehamais en colère.



Question d'un ouistrehamais


Réponse du représentant de la société INDIGO


Apparemment la surprise fut de taille à voir les visages déconfits des représentants de Indigo. Ne sachant que répondre ils esquivèrent très vite la question pour revenir à la gratuité des stationnements payants à laquelle personne dans la salle ne crut et qui valut à Romain Bail d'être copieusement sifflé.

 

Une seule place par riverain



Beaucoup de personnes, de manière très véhémente, reprochèrent à Romain Bail l'unique place gratuite par famille de riverains alors que bon nombre d'entre eux ont deux, voire trois véhicules qu'ils garent dans la rue de leur domicile n'ayant ni garage, ni jardin adéquat. Romain Bail balbutia que le problème n'avait pas été étudié, le but étant de "faire un roulement" pour que les touristes puissent trouver de la place mais que le sujet allait être évoqué pour qu'une deuxième place soit envisagée par Indigo en moyenne saison uniquement. Les riverains inquiets allèrent même jusqu'à demander à se garer sur leur bateau pour faire quelques économies.



 Payer pour venir travailler

Une dame demeurant à l'année boulevard Aristide Briand, en front de mer, demanda si son aide ménagère venant deux fois par semaine devrait payer pour venir chez elle ? Réponse laconique de R. Bail "est-elle employée de la collectivité ? Non ! Alors cette dame du "privé" paiera ou devra trouver une place gratuite dans d'autres rues...". Une autre jeune femme travaillant en front de mer dans le commerce s'enquit de savoir s'il elle devrait payer tous les jours pour venir à son travail. "Mais oui que voulez vous, ou vous chercherez une place dans les rues adjacentes".

Mais qu'ils sont bêtes et ennuyeux tous ces travailleurs qui indisposent notre Maire avec leurs questions bassement matérielles ! Lui il se garera toujours gratuitement place de la mairie et devant chez lui. Actuellement il a l’habitude de se garer là où il veut sans prendre de « prunes », les zones bleues sont pour tous actuellement, sauf pour lui !

Un commerçant s'est inquiété du sort des véhicules au nom de l’entreprise mais aussi des voitures de ses employés. Le coût de ces stationnements payants équivaut, selon lui, à une hausse d’impôts déguisée alors même que l’implantation de ces parkings était soit disant rendue nécessaire pour ne pas augmenter la pression fiscale locale des habitants ! Pour Indigo la réponse fut très claire, les véhicules des commerçants ou des entreprises ne bénéficieront pas de gratuité complémentaire. La réponse du Maire atteignit des sommets dans le flou artistique : il devra faire une étude complémentaire avec Indigo parce que rien n’avait été effectivement prévu sur le sujet !

 

Payer pour venir se soigner


Des représentants du corps médical ont manifesté leur mécontentement de voir leurs malades lourdement verbalisés s'ils ne sont pas garés sur les places matérialisées lorsqu'ils viennent dans les cabinets médicaux. C'est d'autant plus choquant que ce sont souvent des personnes qui se déplacent difficilement en particulier pour le cabinet de radiologie de la rue Boivin Champeaux. L'installation de parkings payants le long du littoral ne va faire qu'aggraver les choses. Ces professionnels de la santé ont déjà accusé le coup avec le passage des parkings de la gare maritime en zone payante. En effet les clients de la gare stationnent désormais dans les rues adjacentes et bloquent les places dévolues aux malades.  Leçon aurait pu en être tirée par nos édiles ! Mais non...


Des places réservées


Dans un article publié dans le journal Ouest France, Romain Bail avait annoncé la gratuité pour les meilleurs clients du Casino, soit une cinquantaine de places situées entre le Casino et le Centre de Thalasso. La question lui a donc été posée et la réponse fut balbutiante, évasive. Difficile en effet de justifier la privatisation du domaine public au profit d’une entreprise et sans en avoir au préalable averti Indigo d’une part et avoir obtenu une délibération du conseil municipal sur ce thème ! Idem pour la matérialisation de 4 places réservées pour le musée n° 4.

Quel amateurisme ! Gageons qu’Indigo réclamera des places en échange de ces places privatisées si le Conseil municipal vote favorablement ces petits arrangements entre amis ! Nous ne croyons pas à la philanthropie de ce groupe. Donc riverains attendez-vous à voir de nouvelles places, de nouvelles rues devenir payantes !
 



Question d'éthique



L'exposé de Indigo a permis aux personnes présentes de prendre conscience du rôle important que va jouer le délégataire. C'est lui qui enregistrera les habitants de Ouistreham qui demanderont une heure de stationnement et non la mairie. Un jeune homme a contesté ce rôle et dénoncé le fait qu'une société privée enregistre des données individuelles et personnelles. Une nouvelle démission du service public au profit du privé ! La logique, la doctrine, l'idéologie affirmée de Romain Bail !
 

Les réponses de Romain Bail   


Le Maire était un homme dépassé par le dossier, hésitant, ne connaissant pas son sujet. Il a voulu garder le premier rôle dans cette réunion, collé à son pupitre. C’est un homme qui n’a pas compris que la dichotomie gauche-droite, à laquelle nous sommes si habitués, est dépassée dans cette commune. Que ce clivage est remplacé par une opposition à des projets ubuesques. Que c’est un mouvement citoyen de fond qui s’amplifie face à la manière dont la commune est dirigée. Aujourd’hui la cacophonie qui caractérise la communication du Maire crée une dissonance telle que nous avons l’impression d’avoir à faire à municipalité transformée en une armée mexicaine.

C'est un homme qui a fait des promesses irréalistes aux uns et aux autres pour faire aboutir son dossier coûte que coûte. Il va devoir détricoter ce qu'il a maladroitement fait ou promis, ou aller de l'avant en essayant de faire avaler des couleuvres à la population ! Un exemple ? Il a offert 50 places au Casino. Deux solutions : il fait marche arrière ou il revient sur le périmètre de la zone payante. Tout est à l'avenant !

Les réponses de Romain Bail n'ont convaincu personne. Elles ont déclenché la colère, les sifflements, les huées des présents appartenant à toutes les catégories sociales.      


Le climat de cette réunion ? houleux ! 


La Grange aux Dimes n'avait pas vu un tel rassemblement de personnes en colère depuis longtemps ! Romain Bail nous le connaissons bien, il n'admet pas être pris en faute ou contredit. Debout devant son pupitre, il a monopolisé la parole, comme d’habitude, laissant un peu pantois l’intervenant de Indigo.

Pour parler un peu familièrement, " ça pédalait dur dans la semoule …". Aucune réponse précise, on se serait cru aux balbutiements du projet…   

Il y eu des mouvements d’humeur dans la salle quand Indigo a évoqué les tarifs et tenté d’expliquer que 6 € ce n’était pas cher comparé à, par exemple, Deauville ! Le nom à ne pas citer à Ouistreham ! Des « on n'est pas à Deauville » ont été scandés à différentes reprises dans la salle. Pour se défendre le Maire a répété que la convocation était pour les riverains et uniquement les riverains et que les questions portaient sur l’explication de la mise en place et rien d’autre ! Il a menacé également d'écourter la réunion (on s'est laissé dire que la police municipale était positionnée tout à côté... mais chut !). Vive la démocratie ! Il a aussi répondu plusieurs fois que "la question posée était hors sujet"…. Tellement plus simple !

A la fin de la réunion, Romain Bail a perdu tout sang froid et s’est emporté envers une dame qui lui signalait qu’il répondait d’une manière méprisante et qu’il méprisait les Ouistrehamais … Qui pourrait contester cela ? C'est en effet le cas à chaque Conseil Municipal où on assiste à des scènes de mépris caractérisées à l'égard de l'opposition en particulier.

Romain Bail a offert lors de cette réunion une telle image de mépris pour l'assemblée présente, d'amateurisme et de mensonges vis à vis des représentants de Indigo, qu'ils ont dû se demander ce qu'ils étaient venus faire dans ce "souk" et ils se souviendront sans doute longtemps de leur soirée ! Mais ce jeudi 11 février ce qui a marqué tous les Ouistrehamais présents, c'est que le pouvoir était dans la salle, notre édile n'en menait pas large et il vira souvent au rouge de honte devant les délégataires d'indigo.


Prochain rendez-vous en mars (normalement !) pour une réunion publique sur les stationnements payants comme l'a promis Romain Bail !