10 novembre 2016

Rue du 11 novembre

La grande guerre...



Il existe des dates où le devoir de mémoire prend un sens particulier. Si le 11 novembre célèbre bien sûr l'armistice de la première guerre mondiale (1914-1918), cette année 2016 marque aussi le centenaire de la bataille de Verdun qui se déroula du 21 février 1916 au mois de décembre 1916. (lien) 
Il n'y a pas de hiérarchie dans l'horreur de la première guerre mondiale mais cette bataille de Verdun a impacté très profondément notre histoire par sa durée et son atrocité. Ce nom de Verdun figure d'ailleurs sur le monument aux morts du bourg du Ouistreham, près de l'église, aux côtés d'autres lieux emblématiques tels que la Marne, l'Yser, l'Artois, la Somme ou encore la Champagne. Ce monument, puisque nous en parlons, se singularise aussi par la présence de deux statues, celle d'un fantassin et celle d'un marin.




.... a laissé son empreinte sur la ville... 


Cette période tragique a marqué notre ville, comme il est vrai beaucoup d'autres, car plusieurs rues ont pour nom des  noms symboliques de cette période. Le triangle composé par l'Avenue de la Liberté, la rue de la Victoire, la rue du 11 Novembre ainsi que la rue Alsace-Lorraine est très significatif. On peut relever également que l'avenue Georges Clémenceau, surnommé affectueusement  "Le tigre" (lien) débouche sur la rue de la Victoire... Étonnante et peu commune disposition des noms de rues qui démontre une volonté affichée de gommer un éventuel oubli des générations suivantes, d'exprimer une reconnaissance à travers la géographie d'une ville.



Googlemap

Vers la mer, à Riva, l'avenue de Verdun débouche sur le boulevard Aristide Briand après avoir croisé le boulevard maréchal Joffre. Drôle de "coïncidence" quand on sait qu'en décembre 1916 Aristide Briand, alors président du conseil, informe Joffre qu'il doit renoncer à toute fonction au sein du gouvernement. Le général controversé de Verdun sera alors fait "Maréchal de France" en compensation.(lien)

Googlemap

Notons par ailleurs qu'il existe également dans notre commune une avenue du Maréchal Foch, lui aussi grand acteur de la première guerre mondiale  (lien)   dont l'une des citations est restée dans l'histoire :"C’est dur de voir tomber tant d’hommes, sacrifices sanglants et cruels. Plus ils sont cruels, plus ils créent ce devoir impérieux de ne pas être vains".  


 




... pour que l'on n'oublie pas !


Libre à chacun de se recueillir en ce jour de commémorations. Mais si vous passez par une de ces rues (ou si vous y habitez d'ailleurs) n'oubliez pas que derrière des noms de rues se cachent les noms de centaines de milliers d'hommes sacrifiés, brisés, mutilés au cours de « la der des der », des anonymes massacrés sur les champs de batailles, "des gueules cassées", dans le nord de la France. 

Certains d'entre eux figurent sur le monument aux morts de notre petite ville, beaucoup de noms de famille identiques (parfois trois)... autant de fils, de frères ou de pères qui ne sont jamais revenus. Peut-être sont-ils vos grands-pères ou arrières grands-pères, vos  grands oncles, inscrits là ou ailleurs, disparus à jamais dans la boue d'un champ de bataille. Ils sont et demeurent à jamais « ceux de 14 »#.



Pour en savoir plus 


« Ceux de 14 » : livre de Maurice Genevoix, témoignage historique majeur sur la première guerre mondiale.

http://verdun2016.centenaire.org/fr/