02 mai 2016

CODEKO, une association sacrifiée

CODEKO, association humanitaire, qui depuis 5 ans coopère avec le Cameroun, a été sabordée par Romain Bail. Reprenons les faits !


Cinq années de co-développement


François Ducloux, maire adjoint à Ouistreham en charge du co-développement de 2009 à 2014, a créé une coopération technique entre notre ville et la ville de Kribi au Cameroun. Les deux villes ont signé un accord de coopération et confié à l'association CODEKO la réalisation d'actions concrètes.

(Extrait du bulletin municipal de janvier 2010)

Ces réalisations concrètes ont porté sur la pêche : formation de matelots, construction de pirogues, formation à la pisciculture, formation de pêcheurs pour constituer une coopérative… Un projet de tourisme solidaire chez l'habitant a aussi vu le jour et a permis à de nombreux Ouistrehamais de visiter Kribi et de contribuer ainsi au développement de cette activité économique. Bref des actions concrètes suivies par une équipe de bénévoles motivés à Ouistreham.

(François Ducloux a mis en place cette coopération avec ses moyens personnels !)



L'action de CODEKO a été reconnue par le Ministère des Affaires Etrangères et par la Région. Ces derniers n'ont jamais hésité à financer certaines opérations. Une convention financière liait la ville de Ouistreham, la ville de Kribi, le Ministère des Affaires Etrangères et la Région.


Le budget 2015 de l'association atteignait 40 977€ dont 21 800€ de subventions réparties de la façon suivante:



Cette convention financière obligeait et engageait collectivement les trois financeurs.


La visite de Romain Bail au Cameroun



La poursuite de cette coopération était un engagement de campagne et même un engagement moral pris auprès de François Ducloux par Romain Bail avant le premier tour de l'élection municipale !


Mais rappelons-nous notre article du 19/09/2015 sur le "KribiGate" (Relire l'article: Lien)  en apprenant le souhait de Romain Bail de se rendre au Cameroun avec Michel Fricout & Co.

Extrait de notre article (Lien):
« Au-delà des voyages et autres week-ends à Braine l’Alleud à quelques encablures de l'attractive ville de Bruxelles (!) payés par la ville depuis son élection sous couvert de frais de représentation, Romain Bail veut découvrir de nouveaux horizons au frais de la collectivité. Ainsi, par cette proposition de délibération (ci-dessous), il est envisagé que Romain Bail et éventuellement les membres de sa majorité bénéficient d'un mandat "spécial" pour se faire rembourser par les deniers publics, l'ensemble des dépenses engagées pour des voyages au Cameroun (plus exactement à Kribi, l’une des stations balnéaires les plus réputées du golfe de Guinée). Après la carte de crédit de la Mairie, voici le temps des voyages exotiques sans aucune limitation ! » 

Exposé du point 4 de l'ordre du jour du conseil municipal :
"Dans le cadre de la collaboration de la commune de Ouistreham avec les villes de Kribi 1 et Kribi 2, au Cameroun, Monsieur le maire souhaite pouvoir s’engager dans un dialogue de proximité avec les autres partenaires, ainsi qu’avec les élus de toutes les villes jumelées avec la commune de Ouistreham. Aussi, le Conseil Municipal est invité à modifier sa délibération en attribuant au maire les mandats spéciaux suivants :

  • 1) mandat spécial permanent (dans la limite d’une année) pour la consolidation et la stimulation de tous les jumelages de la commune ;
  • 2) mandat spécial permanent (dans la limite d’une année) pour le soutien à l’élaboration et le suivi des actions pour la coopération avec les villes de Kribi1 et Kribi2 au Cameroun;
  • 3) en autorisant le remboursement des frais engagés par l’élu dans le cadre de ces missions."
Mandat spécial signifie que durant une année notre édile peut faire autant de voyages qu'il le juge nécessaire. Peu d'organismes acceptent des mandats spéciaux pour une durée de un an, tout au plus l'acceptent-ils, au coup par coup, sur de solides justificatifs et avec un ordre de mission.


Cet article révélant ce scandale avait créé une vive réaction au sein de la population de Ouistreham et au-delà. Aussi devant ces faits accablants,  ce point avait été retiré de l’ordre du jour du conseil municipal par Romain Bail. Par les révélations du Petit Bédouin, le projet de se faire voter ce mandat spécial avait donc échoué. C’est donc dans ce contexte que le déplacement du maire et de son adjoint à Kribi a eu lieu malgré tout à l’automne dernier!

Michel Fricout, maire adjoint chargé du co-développement (particulièrement silencieux s’il en est, sauf pour féliciter Romain Bail de se lancer dans un partenariat public privé qui aidera les entreprises de BTP !) s'est senti obligé de publier un texte dans le denier bulletin municipal comme pour justifier sa délégation et les indemnités qui vont avec.


Michel Fricout est un maire-adjoint dont on cherche l’activité. Il  a créé un « club entreprise »  qui s'est réuni 2 fois en 2014, notamment pour financer la gabegie de l'expédition d'Yvan Bourgnon, et qui depuis n'existe plus ! Il présente donc dans l’article ci-dessus sur la coopération, pour montrer son existence ?


Vexé Romain ?



Romain Bail et Michel Fricout, malgré ce qui précède, sont partis en famille visiter Kribi après avoir trouvé un autre moyen de financement.

Au retour de ce voyage, l’édile a convoqué les membres de l'association CODEKO qui, complètement médusés, ont écouté la sentence du voyageur: "Je n'y ai rien vu, je ne veux plus entendre parler de cette coopération avec le Cameroun!"


Le résultat, est apparu lors du budget 2016 : la ville de Ousitreham ne finance plus les actions de cette association. Au nom du contrat les liant, les deux autres financeurs, la région et le Ministère des Affaires Etrangères ont retiré eux aussi leur financement.


Samedi 23  avril, l'association a donc changé ses statuts, elle n'agit plus pour le compte de la ville et ne vit plus que des ventes de produits confectionnés par les adhérents, quelques centaines d'euros...


Nous incitons tous les Ouistrehamais à les aider !





Voilà encore une promesse de campagne non tenue, mais surtout voilà une association de Ouistreham décimée, des bénévoles meurtris et en colère... Encore un bel outil associatif cassé par ce maire qui ne compte plus que sur les paillettes et les deniers de la commune pour exister.

Les associations sont de plus en plus fragilisées : beaucoup se taisent, conseillent à leurs membres le silence ! Le Petit Bédouin conseille l’union, le regroupement et surtout pas le silence !