29 avril 2016

Le petit village des "mobil-homes"



S'il est un petit coin de paradis le long du canal de Caen à la mer où ses habitants, essentiellement des retraités, coulent des jours paisibles dans leurs maisonnettes aux jardins très fleuris et aux haies parfaitement entretenues, entourés de voisins devenus avec les années des amis, c'est le petit village de "mobil-homes" du Camping Seasonova plus connu sous le nom des Pommiers au n°1 de la rue de la Haie Breton.



Depuis 1986, suite à l'implantation de la gare maritime sur l'emplacement de l'ancien camping situé rue des Dunes, la commune de Ouistreham décida d'installer cet espace de loisirs à la sortie de la ville. Cette immense parcelle, donation de Mme Virgis à la ville bien des années auparavant, accueille depuis trente ans vacanciers, touristes et estivants du mois d'avril à la mi-novembre.


Une partie de ce camping est réservée depuis toujours à des locataires ou propriétaires de mobil-homes qui y demeurent à l'année sur une parcelle de cent mètres carré. Le loyer a varié de 216 euros en 2013 à 226 euros en 2014 pour être fixé à 250 euros en 2015 et 2016. Actuellement quarante cinq mobil-homes sont occupés.



2015... fin de la tranquillité !


Au début de l'année 2015, R. Bail décida de déléguer la gestion du camping à une société privée. Il décida également de faire appliquer un règlement, inappliqué jusqu'à présent, à savoir la fermeture huit semaines par an du camping. En juin 2015 lors d'une réunion à la mairie, de nombreux occupants firent part de leur inquiétude car cette décision allait les mettre tout bonnement à la rue deux mois d'hiver par an sans solution de replis


Suite au tollé provoqué par une telle décision, Romain Bail décida, tout comme l'avait fait son prédécesseur, de faire preuve d'une mansuétude inhabituelle en les laissant occuper leur habitation à l'année entière et en s'y engageant  par écrit.


Des parcelles de cent à deux cents mètres carrés


Néanmoins comme il fallait s'en douter cette soudaine compassion ne pouvait que cacher un projet bien plus retors. En effet Romain Bail a décidé qu'au fur et à mesure des déménagements ou départs, plus aucune vente de mobil-homes n'aura lieu au sein du camping. Les habitations seront vendues et  évacuées vers d'autres campings ou détruites sans reprise. Pourquoi vous dites-vous ? Eh bien Romain Bail a en projet la disparition de vingt cinq mobil-homes pour faire passer les parcelles de cent à deux cent mètres carré d'une part et d'autre part créer des places de parkings supplémentaires (réunion de mars 2015).

"Je mettrai dix ans s'il le faut mais les mobil-homes disparaîtront" !



Après diverses réunions houleuses,  M. Bouvy, conseiller municipal délégué au tourisme a repris le dossier et a tenu des propos rassurants pour les habitants. Les résidents ont alors repris avec confiance leur vie tranquille. Mais c'était sans compter sur une phrase lâchée lors d'une  réunion tenue en octobre dernier par  notre édile qui a lâché son venin : "J'y mettrai dix ans s'il le faut, mais les mobil-homes disparaîtront".

Inutile de préciser que la pression et la peur soudaine de l'expulsion se sont emparées des plus âgés terrorisés de ne pas pouvoir finir leurs jours dans leur coin de paradis. Une fois de plus Romain Bail s'en prend aux séniors et aux plus démunis.




M. le Maire vous vous êtes engagé par écrit à laisser les résidents de ce petit village à demeurer à l'année dans leurs mobil-homes. Le Petit Bédouin, comme à son habitude, veillera scrupuleusement à ce que vous respectiez votre engagement et que vos projets n'entraînent pas l'expulsion de personnes retraitées... foi de Petit Bédouin !