19 octobre 2014

Le Cabieu

LPB a choisi cette semaine de vous parler d'un pilier de la culture de notre commune : Le cinéma Le Cabieu que nous connaissons tous. 

Son statut actuel

C'est l'association loi 1901 «Cinéma Michel Cabieu» qui gère l'unique salle de cinéma de la commune depuis 1983. Cette salle d'environ 380 places est située dans un bâtiment à colombages, dans le style classique normand. Catherine Frot est marraine du cinéma ainsi que Jacques Perrin depuis 2010L’association propose de nombreuses animations dont le Festival Musique & Cinéma qui s’étend désormais aux salles de Douvres et Lion-sur-Mer. La salle est classée Art & Essai.




Son nom "Michel Cabieu"

Ce bâtiment néo-normand porte le nom du héros local, Michel Cabieu. Une plaque de marbre, scellée dans la clôture du bâtiment en 1929, rappelle son exploit. 

"Michel Cabieu, né le 2 mars 1730 à Ouistreham, mort le 5 novembre 1804, est un sergent des milices garde-côtes français. En 1762, pendant la guerre de Sept Ans, la France et l’Angleterre sont en guerre. Dans la nuit du 12 au 13 juillet, les Anglais envahissent Sallenelles et sont sur le point de débarquer à Ouistreham, quand ils tirent deux coups de canon qui alertent les habitants. Ces derniers prennent la fuite sur-le-champ. Michel Cabieu se porte seul face à l’ennemi pour tenter de l’effrayer. Muni d’un tambour et d’une arme, il fait feu de place en place, ordonne à ses soldats inexistants de faire feu et fait ainsi croire aux Anglais que les troupes françaises sont nombreuses. Les Anglais intimidés battent en retraite, abandonnant un officier que Cabieu avait blessé au hasard de ses coups de fusils." in http://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Cabieu



La plaque commémorative du fait d’armes de Michel Cabieu rapporte qu’il fut fait général par la Convention à la suite de cet exploit. La petite maison de Michel Cabieu se situe encore rue de la Grève, à Ouistreham. Une plaque est également visible sur la maison dans laquelle il mourut au no 5 de la rue Carnot, à Ouistreham.

Sa construction 


Construite par l’architecte communal Duroy, la salle Michel Cabieu est une salle des fêtes municipale puis un cinéma depuis son inauguration en novembre 1929. La construction s'est déroulée de 1923 à 1930. Les principales étapes de sa construction à partir des délibérations du conseil municipal sont décrites ci-après grâce à notre expert. Qu'il soit remercié pour ce travail bénévole et anonyme.  


Achat d’un terrain
Le conseil municipal autorise le maire à l’acquisition d’un terrain cadastré section A, n° 208p, d’une superficie de 105 ares 34, à Mme Hemon, pour une somme annuelle et viagère de 500 frs. (cf délibération municipale du 30 juin 1923)

Inscription de la dépense et destination du terrain
Le conseil, à l’unanimité, 

- autorise M. Le Maire à procéder à l’acquisition de cette parcelle de terrain pour le compte de la commune de Ouistreham et au prix indiqué ci-dessus.

- décide que cette somme de 500 frs sera inscrite chaque année au budget primitif .

- exprime également ses sentiments reconnaissants à Mme Hemon, 72 ans, « bienfaitrice de Ouistreham ».

« Ce terrain étant destiné en partie à la construction d’une salle municipale publique de fêtes, la ville n’en possédant pas et l’urgence s’en faisant sentir, le complément restant affecté à usage d’herbage et utilisé pour la nourriture du cheval communal.» (cf délibération municipale du 15 septembre 1923)



Une Lettre collective 
Un lettre est présentée par les sociétés, associations et syndicats divers sollicitant du conseil municipal la construction d’urgence d’une salle communale avec annexes qui serait à leur disposition. (Cf délibération municipale du 21 février 1927)
Le maire communique une lettre collective émanant de M. Le Président du patronage laïque*, de M.M. les présidents  des sociétés sportives, de l’école de pêche, des sociétés de secours mutuels des marins pêcheurs, de la solidarité mutuelle, des anciens combattants, des associations diverses et syndicats, sollicitant du conseil municipal la construction d’urgence d’une salle communale avec annexes qui serait à leur disposition. M. Le maire, que les questions sociales intéressent au plus haut degré, soumet au conseil municipal les plans et devis du bâtiment à édifier, dressés par Duroy, architecte communal. Le conseil municipal approuve à l’unanimité le projet : s’élevant à 328 004 frs 72.  
«Considérant que la nécessité de la construction d’un tel édifice où pourraient se grouper les jeunes gens des différentes sociétés et associations s’impose à Ouistreham, dont la population laborieuse s’accroît sans cesse et comptait au 1er mars 1926, 2 220 habitants, qu’il en résulterait, tant au point de vue moral qu’éducatif des plus appréciables pour la jeunesse qui trouverait ainsi dans sa ville-même, des distractions saines, tout en favorisant le développement des sports et des œuvres sociales. »

le mot "laïque" a interpellé LPB alors il vous révèle sa recherche : Selon la lexicographe Bénédicte Gaillard, l'adjectif s'écrit « laïque » au masculin comme au féminin. La forme « laïc » est réservée au seul nom masculin. On dira donc, sans connotation idéologique particulière, « enseignement laïque » et « école laïque ». Le Trésor de la langue française et Le Robert emploient, eux, indifféremment laïque ou laïc comme adjectif et comme nom.

Couvrir la dépense d’une salle des fêtes: 
Le conseil municipal décide que la somme nécessaire pour parfaire celle provenant de la vente des terrains domaniaux et la subvention de l’Etat, et couvrir le montant de cette dépense, sera empruntée remboursable en annuités, le montant de ces annuités sera prélevé sur la part communale du produit des jeux autorisés au casino (délibération municipale (cf 25 avril 1928) 


Adjudication des travaux pour la salle du patronage laïque et des sociétés sportives
Il est décidé que l’adjudication aura lieu à la mairie, le mardi 19 juin courant, à 17h, et désigne M. L’adjoint et M. Cotiast, Lot, Benoist et Herbline Emile pour assister M. Le Maire lors de l’adjudication. Par 9 voix contre 1 et 6 abstentions, il n’est pas imposé de nationalité aux concurrents. (cf délibération municipale du 3 juin 1928)


Emprunt sur 30 ans pour la réalisation d’une salle et annexe pour le patronage laïque et les sociétés de sports de la ville.
Décide, à l’unanimité, de contracter un emprunt de deux cent mille francs, à la diligence de M. le Maire, au Crédit foncier de France, aux conditions de cet établissement, pour la réalisation d’une construction d’une salle et annexe pour le patronage laïque et les sociétés de sports de la ville. (cf délibération municipale 22 octobre 1928



Demande d’autorisation à traiter de gré à gré pour les travaux de charpente en fer pour la construction d’une salle de sports et patronage laïque, 

avec M. Bahut, entrepreneur de serrurerie à Caen, rue Caponière pour le montant du devis approuvé par M. le Préfet du 14 juin 1928 et s’élevant à 26 897 frs . (cf délibération municipale 22 octobre 1928



Assurances de la salle

l’assurance de la salle de sports et patronage laïque, actuellement en construction, est confiée à la compagnie « l’Union », représenté par M. Léon Le Pannetier, sur la plage de Ouistreham. (cf délibération municipale 22 octobre 1928


Baisse du taux d’intérêt de l’emprunt concernant la réalisation d’une salle et annexe pour le patronage laïque et les sociétés de sports et Imposition extraordinaire.
M. le Maire informe le conseil que le taux des prêts du Crédit foncier qui était de 8,30 %  vient d’être fixé à 7,40 %, ce qui fait ressortir l’annuité à 16 688 frs au lieu de 18 186 frs. Le paiement de ces annuités s’effectuera à l’aide d’une imposition extraordinaire de 25 centimes recouvrables pendant 30 années (cf. délibération municipale 12 novembre 1928)

Les sièges seront de première, deuxième et troisième classe
Le conseil municipal adopte après étude, les plans et devis présentés par M. Duroy, des sièges, premières, secondes, et  troisièmes fournis par la maison Longasse, de Billancourt, pour la salle communale (cf délibération municipale du 20 avril 1929)

Deux autres marchés de gré à gré seront passés pour des travaux de charpente en fer et travaux de remblai) et s’élevant chacun à 10 000 Frs pour travaux supplémentaires à la salle de sports. Cette somme de 20 000 frs sera prélevée sur les crédits affectés à la construction de cette salle. (cf délibération municipale du 20 avril 1929)


Cours de solfège et gérance de la salle « Michel Cabieu » 

Après avoir pris connaissance de la lettre de M. Bouland, chef de l’union musicale de O.R.B. (écrit comme cela), porte ses traitements annuels pour les cours de solfège à l’école de garçons et aux adultes (pas aux filles !!!!) à 2 800 frs. En outre, le nomme gérant de la salle communale « Michel Cabieu » avec un traitement fixe et annuel de 400 frs, pour une durée de trois années, avec effet du 1er juillet 1929. (cf délibération municipale du 20 juin 1929



Marché de gré à gré pour les sièges de la salle des sports et annexe 

Demande au préfet d’autoriser le paiement d’une somme de 15 820 Frs à M. Longasse, de Billancourt (seine), pour fourniture de sièges pour la salle de sports et annexe pour le patronage laïque, sur le crédit de 257 000 frs affecté à la construction et à l’aménagement de cette salle. (cf délibération municipale du 20 juin 1929



Mur de soutènement et partie de sol de la salle de sports. 

Approuve le devis établi par M. Duroy complétant l’établissement du mur de soutènement et partie de sol de la salle de sports et s’élevant à 25 000 frs. ( cf délibération municipale du 20 juin 1929

Son inauguration et son fonctionnement 


Inauguration de la salle municipale et pose de la plaque « Michel Cabieu » 
Sous la présidence de M. Henry Chéron, sénateur du Calvados, président du Conseil général, ministre des finances, l’inauguration de la salle municipale, est fixé au dimanche 29 septembre courant. Le prix du banquet qui sera servi par M. Gaston Malicorne est fixé à 50 frs afin de permettre à la population laborieuse de O.R.B. (sic !!!) d’y prendre part, les adhérents verseront la somme de 30 frs et la ville complètera la différence (On dirait RB au dernier Salon du livre de Ouistreham ....peut-être avait-il lu le compte-rendu !). Il charge M. Cotiard de faire l’acquisition d’un piano sur sommier métallique pour cette salle. (cf délibération municipale du 13 septembre 1929

Nomination d’une commission artistique
Le conseil municipal nomme membres de la commission artistique chargée plus spécialement des représentations théâtrales, cinématographiques, concerts, bals, etc… qui seront donnés salle municipale « Michel Cabieu » : M.M. A. Thomas, maire, Lefoulon, adjoint, Cotiart E., Malicorne G., Esnault G. et Dessoulles. (cf délibération municipale du 13 septembre 1929) 

Nomination du comité de direction de la salle municipale Michel Cabieu
est nommé par délibération municipale du 10 novembre 1929
Président : M. A. Thomas, maire
Directeur : M. A. Lefoulon, adjoint au maire
Membres : M. Cotiart, conseiller municipal
M. Malicorne, id
M. Duroy, architecte
Secrétaire-trésorier : E. Lesage, secrétaire de mairie
Technique : M. Lequesne, plombier, électricien
Régisseur : A. Bouland, chef de musique
Police générale : G. Dessoulles, conseiller municipal

Emploi du reliquat de recettes de la salle municipale
Le conseil municipal convaincu que la salle municipale « Michel Cabieu », édifiée uniquement pour créer des distractions saines et en nombre suffisant pendant la saison d’hiver principalement, sera improductive de revenus décide qu’une subvention sera allouée pour l’élaboration et la réalisation d’un programme régulier de représentations théâtrales, cinématographiques, bals, etc… lors du vote du prochain budget. Cependant, si en fin d’exercice, le budget de cette salle se présentait avec un excédent de recettes, ce reliquat serait versé au bureau de bienfaisance. (cf délibération municipale du 10 novembre 1929) 

Honoraires de l’architecte
Paiement des honoraires dûs sur l’année 1929, à M. Duroy, architecte municipal pour la construction de la salle de sports ses honoraires à 6% sur 70 768 frs soit 4 246 frs (cf délibération municipale du 3 février 1930


De la salle municipale au cinéma "Le Cabieu"

Projet de transformer La salle Michel Cabieu en salle polyvalente
En janvier 1983, avant les élections municipales, l’ancienne municipalité présente son bilan de dépenses d’investissement de 1977 à 1982, en citant un projet en cours : Transformation de la salle Michel Cabieu en salle polyvalente. Une pré-étude a été demandée à Monsieur Hugues, architecte municipal. (cf bulletin municipal n°46 de Janvier 1983).


Projet d’un cinéma ouvert toute l’année à Ouistreham

Dés 1983, La nouvelle municipalité met à l’étude un projet de cinéma ouvert toute l’année à Ouistreham.



Création d’une association cinématographique

Décembre 1983, une association est créée le 5 décembre 1983, par une assemblée générale constitutive dans la salle Le Cabieu. Les 70 personnes présentes ont encouragé ce projet et une trentaine d’entre elles sont prêtes à apporter leur aide bénévole. Si toutes les conditions sont réunies, l’association espère que le cinéma « Le Cabieu » pourra ouvrir pour les vacances de Pâques. Répondant ainsi à l’attente de tous ceux qui aiment le cinéma et souhaitent le développement de la vie culturelle à Ouistreham (cf Bulletin municipal n° 50 de janvier 1984)



Annonce de La nouvelle association cinématographique de Ouistreham
Janvier 1984, la nouvelle association cinématographique annonce son programme de l’été et la poursuite de l’activité cinéma après la saison et donnera 4 séances de cinéma du vendredi au dimanche.(cf bulletin municipal n° 52 de juin-juillet 1984). En octobre 1984, résiliation de la convention du 16 mai 1978 avec la S.A.R.L SODAC 6, av. Ste Thérèse à Caen, qui gérait occasionnellement la programmation cinématographique à Ouistreham (cf bulletin municipal n°53, octobre 1984).


Exploitation cinématographique de la salle municipale Michel Cabieu par convention à l’association « Loisirs et culture cinématographique Le Cabieu"
Le 18 mai 1984 le conseil municipal, après délibération et par 24 voix et 4 abstentions, décide de confier à l’association, l’exploitation cinématographique de la salle municipale Michel Cabieu à compter du 1er juin 1984 et approuve le projet de convention. (cf bulletin municipal n°53, octobre 1984).


Voilà cher lecteur de LPB, l'histoire, pas à pas, du Cabieu. Evidemment il reste des points non traités. Nous nous interrogeons par exemple sur la baisse de fréquentation de la salle municipale qui a conduit la municipalité Ledran à transformer cette salle en cinéma ? Avez-vous des informations sur le sujet ? N'hésitez pas à nous en parler. Autre sujet : la réfection de la toiture, prévue, et désormais annulée par notre maire chéri ! Qu'en pensez-vous ? Peut-on laisser cette institution de Ouistreham dans la difficulté ? Exprimez-vous bédouins et raccachis ! Et surtout n'oublions pas le travail considérable et riche de cette association toujours en prise avec l'actualité de la ville !