19 mars 2017

Cérémonie "LITTLE BEDOUIN AWARDS 2016"


Après dix jours d’un scrutin auquel auront participé 360 votants, les LITTLE BEDOUIN AWARDS 2016 ont livré leur verdict hier soir, au cours d’une cérémonie qui fera date dans l’histoire de notre ville, tant par son prestige que par la qualité de ses intervenants. Compte-rendu de notre envoyé spécial, le Bédouin Moyen.

Pour l’occasion, la foule s’était déplacée en masse – près de 200 000 personnes selon le compteur électronique certifié conforme aux normes « BrunoRetailleau » qui surplombait la bâtisse – aux portes de Riva-Bella Indigo Arena. Car, en dépit de certaines réticences locales et après moult tractations avec la mairie, recours au Tribunal Administratif et autres menaces de baisse de subvention, c’est bien dans une Riva-Bella Indigo Arena fraîchement et ostensiblement inaugurée par Michoul Friquet – en l’absence du maire, parti en voyage officiel – qu’a finalement pu être organisée la cérémonie de remise des LITTLE BEDOUINS AWARDS 2016. Draps d’or, tapis rouges, boules à facettes, écussons aux couleurs jaune soleil et bleu de mer du logo « The plage to be », tambours et trompettes : les abords du néo-palais des Festivals de Ouistreham était diaprés de leurs plus beaux atours pour célébrer à la hauteur de l’événement cette première édition des LITLLE BEDOUIN AWARDS. À l’intérieur de ce nouveau haut lieu de culture, le grandiose était également au rendez-vous : gigantesques portraits de tous les maires qui présidèrent aux destinées de la commune depuis 2014 mis en valeur par des cadres argentés, bustes de marbre et d’airain des fondateurs de l’association Union et Rassemblement à Ouistreham, petits fours sucrés et salés confectionnés par le collectif « 22 bras levés », dorures, piliers finement sculptés, sièges capitonnés en velours grenat, on vous laisse imaginer le reste… En toute simplicité.


le Little Bedouin Award du « Pétage de plomb »


Comme toujours très à l’aise dans leur rôle de maîtres de cérémonie, les comiques Samir Bin Allès et Nick Lisolle lancèrent la soirée, vivement acclamés par les quelques 100 000 personnes présentes dans la salle (vous l’avez deviné, il y avait aussi un des compteurs susvisés à l’intérieur de la Riva-Bella Indigo Arena). Il était l’heure de recevoir sur la scène l’inénarrable Patrick Balkany, venu remettre en personne le Little Bedouin Award 2016 du « Pétage de plomb ». Et avec plus de 60 % des votes en sa faveur, c’est notre maire Marino Liba – seul nominé dans la catégorie, du reste – qui décrochait ce premier trophée, grâce à sa citation du 27 juin 2016 : « Hou, hou, parce que là c'est vraiment une honte ce que vous faites, une honte, une honte, une honte, hou, hou, ah, hou, lamentable vous êtes vraiment zéro, vous êtes vraiment zéro, vous êtes le plus minable des élus de l'opposition parce que ces messieurs dames face à vous mais bien sûr vous êtes et vous savez pourquoi parce que vous n'êtes pas capable de défendre cette ville, vous la salissez en permanence, vous êtes une honte vivante pour Ouistreham, monsieur, vous devriez démissionner, démissionner, démissionner, vous devriez démissionner, vous êtes une honte pour cette ville, monsieur ! » Michel Sardou et Doc Gynéco seraient déjà sur les rangs pour en signer une adaptation en chanson.


Le Little Bedouin Award du « Geste Citoyen »


Le temps d’un intermède musical de qualité – Bobby Lacabine interprétant « J’aurais voulu être un plagiste », et l’hologramme de Charles Pasqua apparut devant des spectateurs stupéfaits devant pareille prouesse technique : qui d’autre que lui, ressuscité pour l’occasion, pouvait en effet remettre le LITTLE BEDOUIN AWARD 2016 du « Geste Citoyen » ? Prix qui fut remis avec 46,52 % des votes et sans véritable surprise au vu de qui le décernait, à la décision de l’évacuation de la salle et de la tenue à huis clos du Conseil municipal le 21 mars 2016. Marino Liba, maire de la Ville, ne pouvait recevoir son second trophée en mains propres, puisque retenu ailleurs pour une inauguration.




Le Little Bedouin Award de « The Place to Be »




Pas d’effets spéciaux en revanche pour la remise du LITTLE BEDOUIN AWARD 2016 de « The Place to Be », qui fut remis dans la sobriété : Dréférique Charchaud, tout sourire comme à son habitude, et avec le naturel chaleureux qui la caractérise, annonça sans flonflon le nom du lauréat, à savoir le Carré VIP dans la Fan Zone de l’Euro de football (50 % des suffrages)… En l’absence du maire, retenu pour une soirée privée chez Karine Saporta, c’est à Jean-Poil Claudepot que Dréférique Charchaud remit avec émotion la récompense.


Le Little Bedouin Award du "Truc de Ouf"



C’est après que feue la fanfare de Ouistreham – spécialement reconstituée pour l’événement – eut interprété les hymnes nationaux des États-Unis d’Amérique et du Royaume-Uni que Barack Obama, ami personnel de notre maire, et la reine Elisabeth II d’Angleterre, nominée ce soir-là dans une autre catégorie, effectuèrent une entrée triomphale. Les organisateurs avaient en effet mis les petits plats dans les grands pour cette catégorie d’Award qui en valait la peine : celle du « Truc de Ouf » de l’année 2016 ! Avec leur classe naturelle et quelques saillies drolatiques à propos de l’élection de Trump ou de l'avenir de la Britanny Brittany Ferries, ces deux invités de marque récompensèrent Marino Liba - absent pour cause de dîner d'affaires, pour l’inauguration de la stèle commémorative commémorant les commémorations du 70ème anniversaire du débarquement en Normandie. Le Conseil Municipal aurait d’ores et déjà fait savoir sur les réseaux sociaux qu’une campagne de crowfunding serait très vite lancée afin de financer l’érection d’une nouvelle stèle commémorant la stèle commémorative victorieuse.



Le Little Bedouin Award de « Best Economical Decision »


Nous fûmes par la suite confronté à un moment exceptionnel : qui se tenait là, devant nous, pour remettre le Little Bedouin Award 2016 de la « Best Economical Decision » ? Le prix Nobel d’économie Jean Tirole ? Le talentueux patron de Free, Xavier Niel ? L’homme d’affaires Patrick Drahi ? Nenni ! C’était Théo Phan ! L’animateur des mythiques programmes Jeux sans enjeu et Tubissimo, le directeur de la Chu Corporation (maison de production des Mystères de l’Amour), était à nouveau là, à Ouistreham, en chair et en os ! Et c’est sous une clameur populaire inégalable qu’il déclara, autre fait exceptionnel, deux lauréats ex-aequo : la mise en place du stationnement payant et la suppression des abattements fiscaux liés à la taxe d’habitation. Le choix fut sans doute trop cornélien pour les électeurs et c’est ainsi que, pour la première fois dans l’histoire des LITTLE BEDOUIN AWARDS, deux nominés ne purent être départagés.



Le Little Bedouin Award de « l’utilité publique » et de 

« la Citation la plus décalée »




Passons rapidement sur le trophée suivant qui fut décerné par un autre revenant, en l'occurrence Yvan Bourgnon (NDLR : le LBA 2016 de « l’utilité publique », remporté bien sûr par le Riva-Bella Festival avec plus de 60 % des suffrages) et attardons-nous sur le suivant, dédié à la « citation la plus décalée »… catégorie dans laquelle l'un des nominés, Bruno de Virgule-Quatre, était pressenti pour la victoire grâce à l’un de ses tweets bien sentis. Il n’en fut rien : il était écrit que Marino Liba éclipserait tous ses concurrents et c’est sa déclaration d’amour publique à l’égard de ses administrés qui le consacra une nouvelle fois : toujours absent - pour cause de participation aux Championnats Européens de Cyclisme en Jogging, il ne put serrer la main de son ami Laurent Blanc, venu remettre l'Award. Il était alors temps pour Bobby Lacabine de donner à nouveau de la voix et d’entonner une version toute en finesse de L’Hymne à l’amour à la plage… quelque part entre Édith Piaf et Niagara. Certains spectateurs s’en émeuvent encore.




Le Little Bedouin Award du « Plus Gros Flop »


Après ce vibrant instant de communion, l’ambassadeur de France à l’ONESCU Laurent-Stéphane Mini s’avança pour annoncer – un peu pompeusement, admettons-le – le très attendu prix du « Plus Gros Flop ». Bruno de Virgule-Quatre, encore nominé, s’inclinait à nouveau face au Riva-Bella Festival, lauréat pour la seconde fois d’un LBA. Toute l’équipe monta à nouveau sur scène et chaque membre, tour à tour, salua avec reconnaissance le travail de Nectrino Liba, frère du grand absent (retenu par un dîner avec l’assistant du secrétaire du vice-consul de Chypre en Finlande) et cheville ouvrière du Festival, qui affichait un sourire ultrabrite devant ce énième couronnement pour sa famille.

Le Little Bedouin Award du « Paparazzi Style »


Fit alors son entrée, devant un public ébloui, l’égérie de la firme Mattel, Isabella Jsuisfière de Moncorps, jupe plissée à motifs Goutchi, marinière Paul-Jean Tauguier, escarpins Bouloutin et sac à main Airmesse, pour la remise du Little Bedouin Award 2016 du « Paparazzi Style ». Après lecture des nominés, lecture pendant laquelle elle gratifia le président Sarkozy et sa Carla d’épouse, présents dans la salle, d’un salut quasi-princier de la main façon Miss France, elle énonça non sans une certaine émotion le nom du lauréat : le cliché intitulé « Dans l’entourage des époux ... Sarkozy » ! Lesquels montèrent sur scène sans notre premier édile, privé de cérémonie car planchant – in english please – avec le prince Charles et Winston Churchill sur le dossier du futur centre d’interprétation franco-britannique.







Le Little Bedouin Award de la « Chaunu Touch »


Sympathique intervention du non moins sympathique Bobby Lacabine pour la sympathique remise de prix suivante de cette sympathique cérémonie, celui de la « Chaunu Touch ». Particulièrement inspiré, notre crooner local déclara, avant d’ouvrir la fatidique enveloppe, ne pas être « en reste en matière de dessin et d’humour » puisque « j’ai dessiné sur ma propre cabine des slips… Petit Bateau ! » Ah, ah, ah ! Certains spectateurs en rient encore. Bien sûr, il regretta l’absence de notre maire, qui, hasard du calendrier, était invité à l’anniversaire de son amie Hilary Clinton. C’est malgré tout à la caricature du Marino Liba trop petit pour l’uniforme de de Gaulle que revint ce dixième LBA 2016 :


Le Little Bedouin Award d'honneur !


L’heure du clou du spectacle avait sonné, celle de l’ultime récompense, le LITTLE BEDOUIN AWARD D’HONNEUR 2016. À la surprise générale, puisqu’il avait été annoncé souffrant d’une néofascistite aiguë, c’est à Marino Liba himself qu’échut l’honneur de remettre ce dernier trophée. Étaient en lice la reine d’Angleterre, casaque vert pomme, toque à plumes rouge cerise, le très en réussite Riva-Bella Festival, déjà auréolé de deux succès, et le champion des champions, notre premier édile préféré qui, après avoir décacheté l’enveloppe et eu un léger rictus d’auto-satisfaction en en découvrant le contenu, annonça son propre nom et se saisit lui-même de la main gauche du trophée qu’il tenait lui-même dans la main droite. Cherry on the cake : il avait obtenu, pour l’ensemble de son œuvre, plus de 90 % des suffrages ! Un véritable plébiscite. S’ensuivit un spectacle surréaliste qui vit Marino Liba se mettre à hurler des propos incohérents à base de « hou hou », de « soixante-huitards attardés » et de « tout mon amour » ponctués de tics nerveux au niveau labial, le tout sur fond de visage virant à l’écarlate. Surgirent alors les infirmières du dessin de Chaunu qui évacuèrent notre maire jusqu’à la Tesla de Michoul Friquet, contraint de raccompagner le grand vainqueur de la soirée chez lui. Pour faire diversion et par sens du devoir, Bobby Lacabine, se chargea d’apporter la touche finale à cette belle soirée en demandant à André Drelan de le rejoindre sur scène. Tous deux entonnèrent à l’unisson la chanson de la comédie musicale Roméo et Juliette. « Aimer c’est ce qu’il y a de plus beau… »





Ainsi s’achève le compte-rendu de cette inoubliable cérémonie de remise des LITTLE BEDOUIN AWARDS 2016. Merci d’avoir participé au(x) vote(s), merci de nous avoir suivis. À vous les studios !