18 décembre 2016

3 - Parkings payants : le fiasco

Les parkings payants : la renégociation (3)



Romain Bail a signé un avenant au contrat de DSP (Délégation de Service Public) qui lie la ville à la société Indigo pour le stationnement payant. A la signature du contrat il avait été convenu qu’après la première année de fonctionnement des zones payantes mises en place par cette société du groupe Vinci, des ajustements seraient effectués au vu du premier bilan. Quel bilan ! Relisez nos articles précédents ! 

Les parties de la renégociation avec Indigo

  •  La place Alfred Thomas

Le périmètre du stationnement payant reste inchangé apparemment... mais "le parc à enclos fermé sera transformé en surface de voirie" (Cf. conseil municipal du 12 décembre 2016). En langage courant cela signifie que  la place Alfred Thomas devient un stationnement payant sans barrière et avec les mêmes horodateurs que sur tout le front de mer et au port. 

La raison officielle est la suivante :  "...il est constaté que le parc fermé, pourtant plus confortable que le système d’horodateurs car au paiement ajusté en fonction de la durée de parcage, fait l’objet d’un rejet qui se traduit par le débordement des véhicules dans les rues adjacentes, créant ainsi un problème de stationnement anarchique". "Fait l'objet d'un rejet" ! Hourra ! C'est écrit ! Indigo et la mairie reconnaissent chers Ouistrehamais que votre action de boycott porte ses fruits ! Votre mécontentement a été entendu, pas pris en considération... mais entendu ! 

Nous avons une autre interprétation de ce changement pour la place Alfred Thomas : Caen la mer récupère au 1er Janvier 2017 la gestion de tous les parkings fermés de l'agglomération. Celui de Ouistreham est un modèle dans son genre ! Sur 200 places le taux d'occupation a été de 26 transactions par jour en avril et en septembre, 31 en juin (on ignore la durée moyenne des transactions) ! Seuls les mois de juillet et août ont accueilli un peu plus de mondeLes barrières ont été plusieurs fois arrachées nous a-t-on signalé. On peut comprendre que le service de Caen la mer n'ait pas envie de s'occuper de ce désastre !

Chiffres fournis par Indigo
  
  • Désormais  deux zones  « FRONT DE MER » et « PORT »

Le périmètre de stationnement payant est désormais réparti en deux zones intitulées respectivement « FRONT DE MER » et « PORT ». Romain Bail pense ainsi faciliter  la gestion administrative, (et pour une fois c'est vrai) car le recours à l’adressage des riverains sur leur badge est ainsi éliminé. Nombreuses ont été les plaintes des riverains qui considéraient, à juste titre, que c'était une atteinte à leur vie privée de mettre, au vu et au su de tous, nom et adresse sur le parebrise de leur voiture ! L'action de ces riverains auprès de la CNIL a donc eu des effets positifs !

(http://www.ouest-france.fr/normandie/ouistreham-14150/stationnement-cest-une-atteinte-la-vie-privee-4138224 )
  •  Un stationnement pour les bus


Un endroit dédié au stationnement payant des bus, au plus près de la plage, du casino et des commerces attenants, a été décidé en l’occurrence sur la place Alfred THOMAS. La mairie a fini par admettre que la circulation anarchique des bus, qui n'avaient plus de places dédiées, était un vrai problème.    


  • OCEAN, association prise en considération 

Un périmètre payant va désormais être dédié gratuitement aux adhérents de OCEAN. Il s'agit de la contre-allée, située en front de mer entre la rue de Fontenelle et la limite territoriale de Colleville-Montgomery, pour y réserver le stationnement des clients des activités nautiques de l’association OCEAN.




Nous nous en réjouissons car l'association est intercommunale. Elle est née du regroupement de l’école de voile et de char à voile de Ouistreham (ancienne SRCO) et de l’école de voile de Colleville-Montgomery (WIND14) sous l’impulsion des deux municipalités en 2013 et des membres des deux associations. Certains sites d'activité de OCEAN étaient donc adossés à des parkings payants et d'autres sites s'appuyaient sur des zones  gratuites.  

 Zone réservée aux membres d'OCEAN

Néanmoins comment privatiser une partie de l'espace public au profit d'une association et pas de toutes les associations comme les boulistes et toutes les autres ?

 Les termes financiers de la renégociation


  • Coût de la transformation de la Place Alfred Thomas 

Indigo ne perd jamais la face et lorsque Romain Bail décide que "le parc à enclos fermé sera transformé en surface de voirie"  ce dernier doit passer à la caisse ! Indigo fait payer les bornes de paiement, les caméras, le boitier de commande, ... pour la modique somme de 88 589, 73 € !

  Article 4 du contrat renégocié 

Indigo, société philanthrope (!), a fait une proposition de reprise de ce matériel pour 62 700€. Proposition acceptée donc la transformation de la place Alfred Thomas coûtera 25 889€ à la ville, somme à ajouter, bien sûr, au déficit que nous avons signalé dans les articles précédents. 


  • Abaissement du seuil de partage des recettes   

Le nouveau contrat avec Indigo prévoit un abaissement du seuil de partage* des recettes. Il passerait de 222 000€ TTC à 175 740€ TTC. Il y a donc une révision à la baisse du "business plan" de Indigo. Le chiffre d'affaires du délégataire avait été estimé à 208 797€ en 2016 et à 222 771 € en 2017 avec un seuil de partage entre la ville et Indigo à 222 000€ comme le montre le tableau ci-après : 

    
Les résultats n'étant pas au rendez-vous ce "business plan" est revu à partir des chiffres réalisés en 2016.
Indigo attendait 208 797 € et n'a obtenu que 191 755 €. 

Pour 2017 les 222 771 € de chiffre d'affaires espérés par le délégataire sont revus à la baisse et désormais il affiche 179 429 € au compteur dans ses prévisions 2017 ! Dans le même esprit le seuil de partage passera de 222 000€ à 175 740 € TTC. Indigo ne veut pas désespérer le maire de Ouistreham peut-être ! 


Loin d'être un succès ces parkings payants font fuir les touristes sur les plages voisines restées gratuites ! Ouistrehamais continuez à résister aux parkings payants ! Vous avez déjà provoqué la baisse des ambitions des protagonistes de cette ineptie qui a germé dans les méninges de notre édile. Prenez exemple sur Granville où commerçants et usagers ont fait reculer la mairie sur un projet d'extension des zones payantes ! Et ce n'est pas le seul cas ! Ne restez pas immobiles, agissez. 


Le seuil de partage des recettes correspond au niveau de recettes  qui déclenche un partage entre le délégataire et la ville. Au delà de 222 000 € 55% des recettes reviennent à la ville et 45 % à Indigo