14 décembre 2016

1 - Parkings payants : le fiasco !

La fréquentation des parkings payants (1)


Si la période actuelle est au calme, à la sérénité en famille avant les fêtes de fin d'année, pour le maire c'est l’effervescence des renégociations avec Indigo (groupe Vinci) pour l'année prochaine ! Eh oui braves gens de Ouistreham R. Bail n'a pas renoncé à vider vos porte-monnaie pour financer ses projets ! Le dernier conseil municipal nous l'a bien confirmé


Grâce aux bras mécaniques qui ont voté cette délibération 
Ouistreham est à feu et à sang  

Avant de vous décrire ces renégociations faisons un bilan de l'année 2016 en nouappuyant désormais sur les chiffres officiels fournis par Vinci au conseil municipal du lundi 12 décembre.   

Rappel de la situation des zones payantes 


Les zones payantes s'étendent du front de mer au port :
  • Parc payant Alfred Thomas : 200 places.
  • Voiries plage (Boulevard maritime, Boulevard Briand, Avenue du 6 juin, Boulevard Kieffer, Avenue Winston Churchill, 1ère partie avenue Guillaume Le Conquérant, 1ère partie rue de Berny, 1ère partie avenue de la plage ....) soit 783 places.
  • Voirie sur le port (place Général De Gaulle) : 67 places.
C'est donc 1050 places qui sont payantes six mois de l'année impactant tous les Ouistrehamais et les touristes ! 


 Le rêve obsessionnel de Romain Bail... 

Fréquentation des zones payantes 2016

 

                                                Source document distribué au conseil municipal

En nombre de transactions 

C'est donc au total 128 272 transactions qui ont été enregistrées au cours de cette année 2016. La moyenne est donc de 713 transactions par jour sur la base de 180 jours de stationnement payant par an (128 272/180) pour l'ensemble du parc (voiries et place Alfred Thomas). Sur la base de 1050 emplacements payants ce ne sont que les deux tiers des places qui ont enregistré UNE transaction par jour (713/1050). On peut encore dire que chaque place a enregistré en moyenne 122 transactions en 180 jours ou 0,68 transactions en moyenne par jour !

Exemple du parc Alfred Thomas : 26 transactions en moyenne par jour en avril et en septembre, 31 en juin mois des commémorations de l'anniversaire du débarquement !



En terme de recettes 

Indigo a récupéré 253 346 € dans ces pompes à fric !
  • recettes horaires Parc Alfred Thomas  :  41 487 € TTC
  • recettes abonnés Parc Alfred Thomas  :    1 400  TTC
  • recettes collectées sur voiries             : 210 459 € TTC 
Chaque place de parking a donc rapporté plus ou moins  241 € sur l'ensemble de la saison (253 346 € / 1050 places) ce qui fait une moyenne de 1,3€ par jour, ou encore un peu plus d'une heure d'occupation par jour (si de l'heure de stationnement est à 1,2€ )! 

Évidemment seule une minuscule partie des recettes est allée dans les caisses de Ouistreham : sachant que le seuil de partage entre la ville et Indigo est à 222 000€ de recettes, la ville a reçu 17 240 € soit 40 % des prévisions qui étaient de 42 235 € au moment de la signature de l'accord ! Chiffre que nous vous annoncions il y a quelques semaines ! Il faut ajouter à cette somme une redevance fixe de 5 000€, on arrive donc à une recette totale pour la ville de 22 240€

Mais pire, c'est un déficit pour Ouistreham si l'on tient compte des charges occasionnées par la surveillance du stationnement. En effet la ville a recruté des ASVP (Agent de surveillance de la voie publiqueau sein de la police municipale pour la modique somme de 42 000€ en frais de personnel (16 salaires mensuelsà laquelle il faut ajouter les charges en matériel et uniformeAu total 50 912€Le résultat c'est 28 672 envolés des caisses de la commune (+22 240 € de recettes de parkings reversés par Indigo et - 50 912 € de charges de personnel) ! La place de parking a donc coûté 0,15 € par jour à la ville au minimum!

Le résultat c'est :  
  • un déficit financier expliqué ci-dessus, 
  • un stationnement impossible à proximité des zones payantes, 
  • une image de la ville dégradée que les édiles essaient de récupérer à coup de publicité, 
  • des entreprises (commerces, restaurants...) qui ont souffert d'une baisse de fréquentation malgré les dires du maire,
  • des professions handicapées par ces mesures en particulier les professions de santé, 
  • des habitants frustrés et obligés de se rendre sur les plages voisines,
  • des finances que le maire essaie de renflouer par des PV de stationnement,
  • des touristes verbalisés qui renonceront désormais à notre plage .. 

Elle est pas belle la vie à Ouistreham ?