12 juillet 2016

Quand Romain Bail aimait l'écu

Un jeune qui promet...

Oui les promesses il connait mais ce n'est pas de cela que nous allons vous parler aujourd'hui. A l'âge où certains ne pensent qu'à s'amuser et à imaginer des soirées after bac, notre édile avait l'adolescence studieuse et adorait s'enfoncer dans les couloirs du temps à la recherche d'armoiries et de blasons sous leur forme philatélique. Pas de risque de coma éthylique! C'est ainsi que dans la brochure présentant le Championnat de France de philatélie jeunesse en 2004, notre imberbe jeune homme, lauréat du Challenge Pasteur 2001 à Boulogne sur Mer nous narre son goût pour l'écu...timbré. On comprend aujourd'hui la frustration éprouvée et l'ardent besoin de compenser...même par procuration.

 

Nul doute qu'il applique aujourd'hui le dernier précepte énoncé à la gestion municipale, bien entouré par les 22 "bras mécaniques". Et ceux-là, d'ailleurs, ne se font pas prier pour faire la queue pour...lécher l'écu!*

Ce qui est certain, c'est que lorsqu'on l'aura renvoyé à ses chères études, il pourra se remettre à la philatélie... Les timbres en frémissent déjà...! Mais le "torche-écu"** favori du maire aura rempli sa mission!

* Merci à un autre Romain (pas Baillergeau!) de m'avoir suggéré ce délicat aphorisme!

** Celui là, avouez-le, il fallait l'oser!