05 juillet 2016

Les livres à huis clos




"La lecture était ma liberté et mon réconfort, ma consolation, mon stimulant favori : lire pour le pur plaisir de lire, pour ce beau calme qui vous entoure quand vous entendez dans votre tête résonner les mots d'un auteur". ( Brooklyn follies de Paul Auster)





[Samedi] L'après-midi s'annonce pluvieux comme tous les jours depuis un certain temps alors direction la petite bibliothèque de Ouistreham, 5 route de Lion. Malgré la pluie il y a comme un air de vacances. On pense aux bouquins que l'on va prendre le temps de dévorer en cette période estivale pendant que les bambins seront la tête dans les bandes dessinées au fond du jardin. Et bientôt quand le soleil sera au rendez-vous on pourra poursuivre nos lectures sur la plage !



 


Les garnements partis au pas de course sont en arrêt devant la porte, le nez collé à la vitre. "C'est encore de la faute du maire?" questionnent-ils après avoir lu l'affiche collée sur celle-ci.




"A votre avis les loulous?" demandons nous dans un soupir. Nous n'écrirons pas la réponse des garnements... la vérité sort de la bouche des enfants. (Quelle image désastreuse de notre ville alors que les résidents secondaires arrivent pour y passer l'été!).
 
Après un coup de fil à la mairie mardi matin, nous n'avons eu droit qu'à un "Nous ne sommes pas au courant". L'après-midi, la bibliothèque était ouverte et l'accueil était assuré par un agent municipal...et l'affiche avait bien sûr disparu.
 
Qu'en conclure ? Après des années d'investissement au service de tous, pourquoi ces bénévoles ont-ils choisi d'arrêter à regret de participer à l'animation d'un des lieux les plus emblématiques de notre ville? Un lieu de rencontre, d'éducation et de culture. Qui va prendre la place de ces bénévoles ?

Il est vrai que lorsque l'on affiche comme seul livre sur son profil Facebook Le Prince de Machiavel (pour beaucoup c'est un manuel à l'usage des dictateurs) cela dénote quand même une certaine étroitesse d'esprit.

 


Une fois de plus la culture est mise à mal à Ouistreham ! Après le refus du regroupement de la bibliothèque et du Centre Socioculturel, après la vente aux enchères de deux mille livres de la bibliothèque par bêtise ou inculture, voici des difficultés avec les bénévoles !  Sans doute la baisse des dotations de l’État !



"La peur de lire se soigne par la lecture, celle de ne pas comprendre par l'immersion dans le texte". ( Chagrin d'école de Daniel Pennac )
 A suivre donc...