29 juin 2016

La piscine municipale prend l'eau

Avouez, chers lecteurs, que vous l’aviez presque oubliée, la pauvre malheureuse : coincée entre la nouvelle promenade pseudo-deauvillaise bricolée à la hâte par Romain Bail et le terrain des boulistes, la piscine de Ouistreham n’a pas accueilli un seul nageur depuis de trop longs mois. Entièrement rénovée et remise aux normes sous l’ère d’André Ledran, cet espace nautique était pourtant (re)devenu un lieu incontournable de la vie scolaire, sportive et familiale de la ville. Certes, d’aucuns ont pu lui reprocher l’absence de toit, qui est parfois préjudiciable dans une région où les jours de pluie et/ou de vent sont plus nombreux que les voitures garées sur la place Alfred Thomas, mais force est de reconnaître qu’elle était régulièrement utilisée par les différents groupes scolaires de la ville, ainsi que par un grand nombre de Ouistrehamais. Et depuis l’arrivée de notre jeune maire à la tête de la ville ? Plus rien, ou presque…


Abandonnée sous l’ère « Romain(e) » …


Baignée d’une eau saumâtre aux couleurs indéfinissables, mal recouverte par une bâche sale et déchirée,  envahie par les détritus et fermée au public depuis une éternité, notre piscine semblait être devenue une annexe de la déchetterie de la zone du Maresquier. Nombreux sont celles et ceux d’entre vous qui s’en sont émus, d’ailleurs, sans que notre bon maire daigne réagir. Mais… miracle estival ou volonté de noyer le poisson, un embryon de lumière a réussi à percer à travers ces sombres nuages, avec l’annonce de l’ouverture de la piscine le lundi 4 juillet prochain – piscine rebaptisée d’ailleurs « Aquabella », un nom qui doit certainement être agréable aux oreilles de notre édile, tant il « sonne » baillesque ! De là à lui en attribuer la paternité ? Non, vous n’y êtes pas du tout, chers lecteurs, bien au contraire. La vérité est bien plus glauque, à l’instar du marécage qui a longtemps rempli le bassin nautique. Mais jugez-en plutôt.

… et rebaptisée d’un nom volé !


Pour bien comprendre les tenants et les aboutissants de ce qui s’annonce déjà comme un nouveau scandale – n’ayons pas peur des mots – de l’ère Bail, il faut savoir qu’ «Aquabella» est une association ouistrehamaise, créée très récemment (déclaration à la préfecture du Calvados le 28 avril 2016 – cf. Journal officiel : http://www.journal-officiel.gouv.fr/publications/assoc/pdf/2016/0019/JOAFE_PDF_Unitaire_20160019_00224.pdf), et dont l’objet est de «pratiquer des activités aquatiques ; l'association est affiliée à la fédération française de natation agrée». Bref, en un mot comme en cent, l’association idéale pour reprendre en main de façon (enfin) sérieuse et professionnelle la gestion de notre malheureuse piscine municipale, et donc spécialement constituée pour cette tâche. Mais c’était sans compter sans notre maire qui, non content de retoquer cette jeune association, pour des motifs que nous vous expliquerons dans quelques jours, s’est empressé de reprendre à son compte – et surtout pour celui de «sa» piscine, CQFD, ce nom d’ «Aquabella», qui sonnait si bien à ses petites oreilles : http://lapiscine-aquabella.fr. Bien entendu, cette appropriation du nom «Aquabella» s'est faite sans que notre municipalité ne daigne demander l'accord du fondateur de ladite association, qui a découvert par hasard l'usurpation (le vol serait plus exact) du nom qu'il avait lui-même inventé, en se rendant justement... à la piscine, et en découvrant avec stupeur les affichettes apposées sur les vitres !!! Quand scandaleux rime avec honteux…




Alors, oui, notre piscine aqua(riva)bellienne va rouvrir dans quelques semaines, certes (pour les 2 mois d'été, pas davantage), mais à quel prix… ? Ou plutôt, à quels prix ? Car vous vous en doutez, chers lecteurs, que connaissant l’appétence de Romain Bail pour les paillettes, le clinquant et le « bling-bling », le prix d’entrée et celui des services proposés par le nouveau joujou aquatique de notre maire vont de pair avec l’actuelle politique tarifaire de notre municipalité, à l’instar de l’installation des parcmètres sur notre littoral : faire payer le chaland, si possible au maximum. Mais passons… Alors, une fois avoir versé son obole, quelles activités seront proposées aux Ouistrehamais, depuis si longtemps frustrés de leur piscine ? Réponse dans quelques jours… avec d’autres révélations croustillantes en prime, qui ne manqueront pas d’éclabousser l’actuel locataire de la mairie, dont le « plouf » électoral se dessine, jour après jour.

A suivre ...