10 juin 2016

Les sanglots longs des violons ..... 6 juin 2016


Grandeur ...

Qui n'a pas encore en mémoire les images des commémorations du 70 ème anniversaire du débarquement, le 6 juin 2014, lorsque la planète entière avait les yeux braqués sur Ouistreham recevant les chefs d’État, les Souverains des pays ayant participé à la plus grande armada militaire de tous les temps. Notre ville s'était mise sur son "31", pavoisée, décorée, fleurie, en fête pour honorer dignement les vétérans et rendre hommage à ces milliers d'hommes tombés en Normandie pour nous rendre notre liberté.





....et décadence ...


Si en 2015 la municipalité avait su entretenir la flamme du souvenir avec quelques commémorations, certes mal préparées, mais commémorations tout de même, qu'en est-il deux ans plus tard ? Et bien c'est simple, vous fermez les yeux et vous imaginez notre ville vidée de tout ce qui avait fait son prestige le 6 juin 2014. Vous n'y arrivez pas ? Attendez on va vous y aider avec des images (photos prises le dimanche 5 et lundi 6 juin dernier) !


     

                                                       

Dimanche 5 Juin 2016 en bord de plage à 12h




                                                                                  
     Lundi 6 Juin rue de la mer dans l'après midi à 15 h


Heureusement des militaires nous rappellent que l'on est le 6 juin

Mais non vous ne cauchemardez pas, c'est la triste et consternante réalité ! Ouistreham sans aucune banderole, sans drapeau, sans défilé de voitures militaires, sans saut en parachute, sans reconstitution de camps militaires, sans musique, sans bal, sans fleurs, seul un "SWORD" écrit sur la plage par une chaîne humaine composée péniblement (comme l'an dernier) et des ballades en hélicoptère, excellente initiative de l'UCIA, mais annulée et reportée fin juillet en raison du brouillard. Restaurants et commerces ont vu leur fréquentation et leur chiffre d'affaires s'écrouler au cours d'un week-end traditionnellement chargé. L'inquiétude et la colère se généralisent. 

Ouistreham, "The plage to be", devenue "The plage to pay" a été au cours de ces jours du souvenir "The plage to flee" ! Pas de commémorations,  le désert, malgré l'annonce généreuse (!) de R. Bail assurant la gratuité des parkings le lundi 6 juin ! Même la nouvelle stèle commémorant la commémoration du 70 ème anniversaire du débarquement, créditée de 25000 € au budget primitif 2016 (section 2315 du budget d'investissement) n'a pas été inaugurée contrairement à ce qui est gravé dessus comme le "port salut" ! Notre article - "Le saviez-vous ? "- du 22 mai dernier a dû refroidir les ardeurs de l'élu ! La nouvelle date de l'inauguration officielle de cette colonne, assez funéraire il faut le dire, par Romain Bail entouré de courtisans n'est toujours pas annoncée !


Le 6 juin 


Désormais

Les grandes  promesses et les beaux projets du 6 juin 2014 sont tombés dans les  oubliettes !



"A l'avenir nous aimerions garder cet esprit dynamique pour entretenir le devoir de mémoire" disait Mister Bail au journal Ouest France !  Deux ans après  il ne reste plus qu'un constat : vide et désolation.

... mais avec chauffeur !



Mais peu importe que la ville soit ridiculisée et montrée du doigt pour les erreurs et la gestion municipale, le Maire sait, en toute circonstance, se faire plaisir !



Une nouvelle voiture de location avec chauffeur ?
garée n'importe  où !

Romain Bail s'est en effet fait conduire pendant tout un week-end dans une voiture avec un chauffeur qui n'est autre qu'un policier municipal délesté de son uniforme. Souvenez vous, déjà lors des commémorations du 6 juin 2014, il avait déjà joué au Président de la République, au souverain royal... en s'octroyant les services d'un chauffeur, lui aussi policier municipal, mais sans casquette... Combien coûtera encore cette nouvelle fantaisie ?

Si sur toute la côte les manifestations se sont succédées à Ouistreham ce fut tristesse et désolation ! Mais Romain il s'en fiche,  il s'est promené dans toutes les manifestations de la côte conduit par son chauffeur et avec un secrétaire qui devait tenir l'agenda, lui donner les livres à distribuer, lui tendre ses papiers de discours ... Elle est pas belle la vie ?

Les sanglots longs des violons de l'automne blessent mon cœur d'une langueur monotone (Paul Verlaine)