16 mai 2017

L'embuscade ou la grande vadrouille ?

Ils sont joueurs ces Petits Bédouins ! Ils avaient décidé, après discussion, de prendre part au carnaval de notre petite ville mais... à leur façon bien évidement. Le jour J le soleil était majestueux, le ciel bleu, et la bonne humeur, au rendez-vous. A couvert derrière le cinéma Le Cabieu un magnifique parcmètre sur roues est dévoilé par un bédouin en pigeon ; des masques de chats noirs sont distribués et on se prépare pour l’assaut après un petit briefing. Les enfants regardent les grands redevenir petits.


Un pigeon ouistrehamais !

Magnifique œuvre subversive de spécialistes ayant pour certains fait leurs armes au carnaval de Granville, le faux parcmètre a de l'allure. L'artillerie légère se lance à l'attaque au son d'une trompette héritée d'un clown, un vrai... La troupe se regroupe et rejoint au pas de course le départ du carnaval devant l’église. Le timing est parfait ! 


Les bédouins à peine arrivés, le premier char de la municipalité passe avec derrière cinq personnages dont Romain Bail qui, en apercevant le joyeux attroupement autour du parcmètre, devient aussi rouge que son costume de "horse guard". Puis un conseiller municipal d'un certain âge passe dans une vieille automobile et manque de se faire un torticolis en apercevant le commando. On devine sur ses lèvres de douces paroles...


 Des couleurs bédouines ! Merci !

La fanfare défile habillée en noir et rouge... les couleurs du Petit Bédouin, pour elle aussi! Vint enfin le tour des habitants qui se mettent en marche sous la direction d'un général carnaval, visiblement bédouin, distribuant à foison de faux P.V et des pièces en chocolats. 


Général carnaval

Pendant ce temps, la municipalité tente de vendre des paquets de confettis à 1€... chacun ses mœurs, ALPB les donne ! La marche est royale rue du général Leclerc et le parcmètre « pompe à fric » est exhibé comme un trophée sous les rires et les applaudissements. Seuls les conseillers municipaux et quelques actionnaires de Vinci rient jaune. Le défilé bédouin s'est élancé comme une parade glorieuse au rythme du tambourin celtique et animée par les mercis des enfants pour les pièces en chocolat distribuées généreusement comme aux grandes heures de la libération. Ultime gloire la remontée de la rue de la mer où les commerçants derrière leur vitrine ne loupent pas une miette du spectacle qui s'offre à eux.
Enfin arrivé sur l'Esplanade Lofi, la troupe se disperse, personne ne va assister à l'embrasement du bonhomme carnaval, on assez mis le feu comme cela ! Après la bataille, fourbus, tous se dirigent vers ses différents QG pour se rafraîchir, le combat de rue donne soif !

Finalement ces parcmètres nous rendent très populaires... En tout cas chez les Amis du Petit Bédouin on adore quand un plan se déroule sans accroc!