31 mai 2018

SOS... école de musique intercommunale en détresse !

La ville de Ouistreham dispose d'une École de musique renommée hébergée par le Centre socio-culturel. Créée en 1987 avec André BELLIS la qualité des cours a toujours été reconnue. Longtemps cette École fut appelée "le petit conservatoire de la Côte de Nacre". Elle accueille environ 350 élèves de Ouistreham et des communes littorales voisines, enfants et adultes, qui peuvent s’initier ou se perfectionner dans de nombreuses disciplines vocales ou instrumentales et bénéficier d’un accompagnement dans leur pratique musicale amateur.


École de musique ton univers  impitoyable




Un point à l'ordre du jour du conseil municipal du 30 mai 2018 a alerté, à juste titre, des Ouistrehamais à savoir le point 6 intitulé «RESSOURCES HUMAINES – FILIERE CULTURELLE – MODIFICATION DES EFFECTIFS ET DE L'ORGANIGRAMME DE L’ÉCOLE DE MUSIQUE».

Dans un document préparatoire à ce conseil municipal on découvre en effet que le total d'heures d'enseignement va passer au Ier septembre 2018 de 197,75 à 177,75 heures hebdomadaires. C'est l'équivalent d'un poste d'assistant d'enseignement artistique à temps complet soumis à 20 heures par semaine. C'est aussi 35 000 € d'économie budgétaire pour un maire qui préfère mettre 16 800 € (et non 14 000€ comme annoncé antérieurement en raison de la TVA oubliée!) dans des photos d'Élisabeth II, réalisées par Match, et exposées sur la plage pendant deux mois ! Bling bling quand tu nous tiens ! On découvre également que cette diminution des heures d'enseignement entrainera un changement d'organigramme à l'initiative du directeur du centre socio-culturel ! ? Une deuxième version de ce document préparatoire au conseil municipal gomme cette allusion à l’initiative du directeur ... ce qui est évidemment plus conforme à la réalité !  Personne n'est dupe !

Que se passe t-il donc à l’École de musique ? Tout d'abord des demandes de mutation de deux enseignants vers d'autres Écoles comme Hérouville Saint-Clair. Deux enseignants se sont vus offrir des postes à plein temps, ce qui ne fut pas le cas à Ouistreham !  Chacun sait aussi que les coupes sombres de 2015 (déjà une diminution de 10 h d'enseignement) réalisées par la mairie et les difficultés relationnelles ont affecté les enseignants, fragilisé l'enseignement et entamé l’enthousiasme de professeurs reconnus et dynamiques. La baisse des subventions, l'augmentation des tarifs font le reste ! 


Les conséquences des arbitrages de BAIL et MIRALLES 

 


Les incidences concrètes de ce nouvel arbitrage de la mairie sont les suivantes :

  • disparition de l'enseignement d'instruments de spécialité : trombone, tuba, cor d'harmonie. Si l'enseignement de ces instruments disparaît cela aura évidemment des conséquences sur l'orchestre ! Rappelons aussi que la création de ces spécialités met beaucoup de temps à se concrétiser car il faut attirer des jeunes puis les former. Leur suppression est une vraie secousse pour les élèves ayant embrassé ces spécialités. Et reconstituer ces enseignements plus tard est presque mission impossible !    
  • disparition d'un cours de piano : ce sont 20 élèves que l'on met dehors alors qu'il y avait 11 élèves sur liste d'attente !  
  • disparition des percussions d'orchestre, enseignement de spécialité également qui va impacter une quinzaine d'élèves. 
  • disparition de l'opération "cuivres à l'école" qui existait depuis plus de 10 ans : en effet à l'école Charcot, en CM2, les enfants étaient initiés aux cuivres par un enseignant de l’École de musique. Chaque enfant pouvait pendant quelques semaines avoir un instrument chez lui pour un réel éveil musical ! Un petit concert clôturait l'année 
  • disparition de l'initiation à la batterie et aux percussions au sein de l'école primaire sur la pause méridienne...
Ensuite Madame MIRALLES fait de petits ajustements pour faire passer la pilule : quelques heures en moins et en plus par-ci par-là pour atténuer le choc, glissement d'un enseignant vers la coordination musicale de l’École ....

Mais la réalité est là avec le départ de deux enseignants non remplacés et le non renouvellement des contrats de deux autres (piano, trombone, tuba) soit moins 20 heures hebdomadaires entraînant ipso facto une baisse des effectifs d'élèves estimée à 40 alors qu'il y a des listes d'attente ! Pour le budget c'est une amputation de 10 % (35 000€ sur un budget de 350 000€). Pas brillant Mme MIRALLES ! Vous bricolez dans l'urgence !



Une mobilisation des usagers 


La situation de l’école de musique est grave : parents, enfants, musiciens, professeurs et associations tirent la sonnette d’alarme. Un exemple avec un courrier à l'attention de Mme MIRALLES (maire adjointe chargée de la culture, du patrimoine et de la démocratie participative) rédigé par des usagers de l'école de musique : ils lui font part de leurs inquiétudes quant au devenir de l'école. Ils ont également écrit à Mme Béatrice PINON, conseillère municipale déléguée à la jeunesse et à la petite enfance de la ville.


Bonjour Mme Sabine MIRALLES,


En votre qualité d'adjointe au Maire, chargée de la culture, du patrimoine et de la démocratie participative, nous nous permettons de venir vers vous afin de vous faire part de notre inquiétude concernant le futur de l'école de musique de notre commune. En effet la lecture de l'ordre du jour du conseil municipal du 29 mai 2018 nous apporte la plus vive inquiétude, concernant en particulier son point numéro 6 intitulé : « RESSOURCES HUMAINES – FILIÈRE CULTURELLE – MODIFICATION DES EFFECTIFS ET DE L'ORGANISATION DE L’ÉCOLE DE MUSIQUE ». Ce titre semble des plus annonciateurs quant à une décision politique municipale de coupe franche dans le budget alloué à notre école de musique laissant sous-entendre une diminution des effectifs au détriment de notre école communale.

Qu'en est-il vraiment ? Quel est le devenir de notre école de musique ? Est-ce à dire que nous allons perdre des professeurs de musique ? Des heures de cours ? En tant qu'adhérant(e)s, usager(e)s de l'école de musique et citoyen(ne)s de OUISTREHAM RIVA-BELLA, nous sommes inquiet(e)s quant aux choix politiques que la municipalité peut envisager pour notre école de musique.

A ce jour nous savons tous que la demande d'inscription en cours de musique est si importante auprès de notre école qu'elle n'est pas en mesure de répondre favorablement à l'ensemble des demandes allongeant d'années en années les listes sur bon nombre d'instruments... Devons-nous comprendre que les heures d'enseignement seront encore plus limitées ? Que certains d'entre nous pourrons même ne plus pouvoir bénéficier de cours à la rentrée par manque de professeur ou diminution du taux horaire ? Qu'au final l'accès à l'enseignement et à la culture dans notre ville se réduit comme peau de chagrin et se retrouve sacrifié ?

L'enseignement de la musique ne devrait pas être perçu comme un luxe que nous pouvons sacrifier en période de disette ! Nous avons la chance d'avoir sur notre commune une école de musique qui prodigue depuis plusieurs années un enseignement de qualité et des plus reconnus dans ce domaine, en particulier pour une commune de notre taille, et ce  quelle qu’en soit la matière. Bien plus, elle sait participer d'année en année au rayonnement de notre ville grâce à des échanges culturels que ce soit dans notre département, dans les départements voisins et même en Europe ! En ce sens elle répond parfaitement à ses missions et porte pleinement l'image positive de rayonnement de notre ville.

Ce rayonnement ne saurait exister sans l'implication de tous, élèves mais aussi et surtout professeurs. L'école de musique de OUISTREHAM RIVA-BELLA apporte à chacun de ses élèves un enseignement des plus enrichissant qui mériterait d'être renforcé plutôt que d'être diminué. Aller à l'école de musique c'est apprendre le vivre ensemble, c'est apprendre le respect et l'écoute de l'autre (quand on joue en orchestre ou en groupe), c'est apprendre aussi la communication et l'échange entre générations grâce à la mixité des âges où adultes (actifs et retraités) comme enfants et adolescents se retrouvent dans une même classe et travaillent ensemble.

En une phrase et comme vous avez su si bien citer Nelson MANDELA : « De toutes les armes la plus puissante sera toujours l'éducation ». Nous, élèves et parents d'élèves, nous  rejoignons cette pensée.

Notre école de musique répond entièrement à cette mission car l'éducation passe aussi par la musique et son apprentissage au sein de notre école que nous voulons garder de qualité. Être inscrit à l'école de musique de OUISTREHAM RIVA-BELLA ce n'est pas seulement suivre une activité extra-scolaire ou extra-professionnelle mais c'est avant tout suivre un enseignement qui nous élève et qui participe au bien vivre ensemble. Le vivre ensemble entre élèves mais aussi le vivre-ensemble avec l'ensemble des habitants de la commune par la production de notre travail sur scène lors des festivals, concerts ou toute autre performance organisée par l'école. Bien vivre ensemble, un argument que notre Maire Romain BAIL dit vouloir promouvoir dans notre commune.

Néanmoins tout cela ne se fait pas que par l'investissement et le travail des élèves, il se fait aussi et surtout par l'investissement et le travail pédagogique de qualité des professeurs de musique professionnels et des encadrants de notre école. C'est à ce stade que la commune se retrouve engagée, incarnée par son conseil municipal, qui montre par ses actes la crédibilité que nous pouvons lui accorder quant à son investissement et les perspectives qu'il dit avoir en matière culturelle et éducative.

Car nous le savons tous, les choix budgétaires d'une commune restent avant tout des choix politiques, quelles qu’en soient les difficultés économiques, dans lesquelles les élus s'engagent.

Vous avez ce pouvoir d'engagement Madame en tant qu'élue et c'est la raison pour laquelle nous venons à vous. De part votre engagement, votre formation professionnelle et vos convictions dans le domaine de la culture et de l'enseignement, nous osons espérer que vous saurez défendre notre école communale de musique.

Nous entendons pouvoir garder  le niveau, la qualité mais aussi l'offre pluridisciplinaire que propose notre école de musique à défaut de ne pouvoir en cette période l'améliorer et l’élargir.

Nous serons par conséquent des plus vigilants en tant qu'adhérent(e)s, élèves, parents d'élèves de l'école de musique et citoyen(ne)s de OUISTREHAM RIVA-BELLA  quant aux choix faits par vous-même et les membres du conseil sur ce sujet.

Dans l'attente de connaître votre positionnement sur ces différentes questions, veuillez agréer Madame, l'expression de notre considération."


Le Petit Bédouin apporte clairement son soutien aux personnes inquiètes du devenir de l’École de musique et à leurs justes revendications. "L'effort" demandé à l’École comme aux autres services de la municipalité (affirmation du maire en Conseil municipal mais totalement fausse) est inique et disproportionné car il compromet le cursus musical de nombreux enfants et adultes, il casse un outil de référence en matière d'enseignement de la musique, il fragilise des enseignants compétents, diplômés mais à la carrière souvent précaire (il n'y a pas eu de concours de titularisation depuis 2011 dans l'enseignement musical !). Ce coup bas, en outre, écorne l'image de l’École devenue "incertaine" !
 
Mme MIRALLES, elle, est sur une autre planète ! Elle a fait une piètre prestation au conseil municipal. Elle s'insurge contre une lettre anonyme envoyée tard le soir (en référence à la lettre ci-dessus émanant d'un collectif de parents inquiets) ! Elle n'y répond pas ! Belle échappatoire indigne n'est-ce pas ? Le maire fait des émules ! Quant à Mme PINON, conseillère municipale déléguée à la jeunesse et à la petite enfance, interrogée sur le même thème elle répond sur la page Facebook de SOS - Ecole de Musique de Ouistreham, en des termes qui nous font osciller du rire aux larmes ! Allez lire ! Belle équipe !

Quant à Bail, dans une envolée lyrique dont il a le secret, il s'est insurgé toujours au dernier conseil municipal contre le manichéisme d'une gauche qui soutiendrait la culture et d'une droite qui ne le ferait pas ! Erreur manifeste et nous lui rappelons qu'un maire, quelque soit sa couleur politique, doit faciliter l'accès à l'art facteur d'émancipation, d'ouverture au monde, à son histoire, à sa diversité et à ses enjeux ! On est hélas loin du compte à Ouistreham.

Pour en savoir plus


On lira les excellents articles de Liberté de ce jeudi 31 mai et celui de Ouest France sur le même sujet.

(Article de Liberté)

(Article Ouest-France)


Un site Facebook intitulé est à soutenir. "SOS - Ecole de Musique de Ouistreham "


Une association de sauvegarde de la culture à Ouistreham a été créée : ASCORB (association de sauvegarde de la culture à ORB). Soutenez les !

Pour cuivres à l'école, un exemple sur
http://www.etab.ac-caen.fr/apiedu/ecole-charcot/docs/Administrateur-jazz_escales_2011_cuivres.pdf