11 juillet 2018

Sword beach, business et politique

Retour sur le Liberty Concert 


Nombreux sont ceux qui se sont interrogés pour savoir d'où était partie cette idée de Liberty concert. Est-ce un concept novateur ? Eh bien... pas du tout puisqu'un "World Liberty Concert" eut lieu le 8 mai 1995 à Arnehm aux Pays Bas auprès du célèbre John Frost Bridge rendu populaire par le film "Un pont trop loin" (opération Market Garden) pour célébrer le cinquantième anniversaire de la libération (lien) : 12 heures de musique, 85 000 spectateurs, des chars traversant le pont dans une mise en scène un peu kitsch.





Le Liberty Concert cherche donc vraisemblablement à reprendre cette représentation, mélange de spectacle, de stars, de paillettes, et à l'imposer en France sur Sword Beach. Mais la maladresse avec laquelle fut conçu et présenté le show (entrées à 75 €, lieu chargé de combats et d'histoire, artistes annoncés ou approchés, une date inacceptable, le 6 juin …) font naître de sérieux doutes quant à l'aspect hommage, mémoire et engagement.

Mélange de show-business et de politique ? Un des concepteurs, Ilco van Der Linde, est en effet un membre éminent du Partij van der Arbeib (lien), un parti politique néerlandais (lien). Il s'est présenté aux élections en mars 2017 mais n'a pas été élu. Il a d'ailleurs organisé des concerts pop dans le cadre de sa campagne électorale.

Votez pour moi.

Vers d'autres expériences ?

Cependant depuis plusieurs années, aux Pays Bas, la "Bridge to liberation experience" le 21 septembre, date, en 1944, de la fin des combats autour du pont, organise un spectacle d'une grande tenue favorisant les échanges artistiques pour la promotion de l'idéal de la paix. C'est certainement davantage vers ce type de schéma qu'il faudrait s'orienter si d'aucuns souhaitent organiser un évènement mêlant faits historiques et spectacle et en prenant soin de consulter les vétérans et leurs familles et surtout d'éviter une nouvelle polémique en choisissant un lieu et une date adaptée.




Autre exemple : Amsterdam commémore le jour de l’Armistice le 4 mai, et célèbre joyeusement le jour de libération le 5 mai, avec des concerts de plein air et des festivités  partout dans la ville.



En conclusion


Les maladresses, les omissions, la précipitation, le manque de culture historique jettent un discrédit total sur les organisateurs du Liberty Concert. Des vétérans blessés par ce projet le font savoir sur le site de la pétition :



John Millin à rédigé un post sur la page Facebook de Romain Bail


Par ailleurs la France regorge de talents pour réaliser de tels spectacles, alors pourquoi aller chercher ailleurs ce que nous avons ici ? Il serait temps que des gens compétents reprennent la main dans cette histoire et que l'on cesse de mélanger commémorations et festivités.

Comme l'écrit efficacement et élégamment le blog du guide des plages du débarquement  "Fausses notes pour un concert géant", (lien), c'est encore un beau gâchis, une grosse polémique dont les vétérans et leurs familles se seraient bien passés et des liens franco-britanniques encore chahutés à Ouistreham après l'affaire du faux mail du Normandy Mémorial Trust.

04 juillet 2018

Clochemerle-sur-mer


De Clochemerle...


Je veux faire construire un urinoir,...une pissotière ! Ainsi s'exprime Piéchut, le maire de Clochemerle, au début du roman éponyme de Gabriel Chevallier. Une œuvre célèbre, parue en 1934, maintes fois rééditée, adaptée au théâtre et au cinéma. Une pissotière plutôt qu'une bibliothèque, ainsi en a décidé l'édile du roman. C'est plus moderne et plus hygiénique plaide ce notable très "Troisième république". Et puis à Clochemerle, on ne lit pas, ou alors le journal, affirme-t-il péremptoire, à son secrétaire de maire-instituteur.



L'histoire a fait rire des générations de lecteurs et de spectateurs. Et l'expression est devenue proverbiale; on dit toujours "c'est un véritable clochemerle" ou "on se croirait à clochemerle". C'est vrai c'est sympa dans un roman mais quand on découvre que ce genre de pochade un peu rétro se vit en 2018 dans une commune bien connue de nos lecteurs, on est en droit de s'étonner, de sourire d'abord de s'insurger ensuite. Car à Ouistreham, on inaugure bien encore, des pissotières à grand renfort de bristols d'invitation, de photos solennelles, de déclarations tonitruantes alors qu'à côté on sacrifie, entre autres, les enseignements de l'école municipale de musique.

... à Ouistreham


Non, non vous ne rêvez pas! 
C'est très officiel, très républicain, très ridicule quand même!

Bon, à Clochemerle, l'inauguration est présidée par un député, y assistent un ancien ministre, le sous préfet, la fanfare...! On a pas eu ça quand même. Vous me direz les officiels se tiennent à l'écart de notre Romain depuis ses frasques et sa condamnation et la fanfare, il l'a condamnée en la privant de subventions. Il ne lui reste plus qu'un comptable et quelques sous-fifres stipendiés... réduits à se pavaner sur les photos diffusées sur les réseaux sociaux.


Fait gaffe derrière toi Romain, 
...la roue tourne, la roue tourne!

Pour la suite du roman, nous vous renvoyons à l'ouvrage (il est sans doute disponible à la bibliothèque, si des réductions de crédits ne la condamnent pas à brève échéance!), pour la suite des chroniques ouistrehamaises, LPB s'en charge mais pour aujourd'hui, et pour ne pas être accusé de ... pisser de la copie, c'est terminé !

01 juillet 2018

Sword beach party (2)

Cet article fait suite à celui intitulé "Sword Beach party 1" où nous vous avions présenté le projet de deux Néerlandais qui ont décidé de monter un "Liberty concert" à Ouistreham, pour le 75e anniversaire du Débarquement. Rappelez-vous : Le billet d'entrée prévu à 75€ pour célébrer le 75 ème anniversaire du Débarquement avec 75 000 personnes grâce aux dons de 75 sociétés (25 000€ chacune) !

Les belles aventures du "liberty concert"


Un an plus tôt, grâce au plus grand réseau de renseignement )du monde (Facebook), on découvre que le projet était initialement prévu sur les falaises d'Arromanches (Gold Beach) "right on that cliff" par Ilco Van Der Linde au mois de Juin 2017 puis à Utah Beach le 21 septembre.

Juin 2017                                             Septembre 2017



Puis au mois de mars 2018 nous retrouvons les deux organisateurs en compagnie de Romain Bail au ministère des Finances français pour discuter du projet sur, cette fois ... Sword Beach ! Mais que font ces Messieurs chez Bruno Le Maire ?


Mars 2018.
Ils cherchaient vraisemblablement des soutiens politiques et financiers pour leur projet, soutiens qu'ils affichent parfois un peu trop vite sur leur site internet. 

Depuis quelque temps en effet les soutiens sont mouvants : Dame Vera Lynn a demandé que son nom soit retiré du site internet du Liberty Concert... ce qui a fait les titres de la presse outre manche (lien), de même pour "the World War II fondation" et "l'American Monument Battle Comission". 

  • Vera Lynn est devenue très populaire pendant la Seconde Guerre mondiale, époque durant laquelle elle anime une émission radiophonique hebdomadaire, Sincerely yours, destinée à réconforter les forces armées. Elle en a gardé un surnom, « la fiancée des forces armées » (« The Forces Sweetheart »), et le titre d'officier (1969) puis de « dame » (1975) de l'ordre de l'Empire britannique. Elle est décorée depuis 1998 de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem .
  • La World War II Foundation est l'une des principales organisations à but non lucratif au monde engagée à éduquer les générations futures sur les histoires personnelles de la génération de la Seconde Guerre mondiale. La Fondation de la Seconde Guerre mondiale accomplit cette mission à travers la production de films documentaires primés, qui sont donnés à American Public Television pour diffuser sur les affiliés et les réseaux de PBS à travers les États-Unis et dans le monde.

Par ailleurs, sur leur site, les concepteurs du concert annoncent qu'il se tiendra à  "l'endroit précis où à commencé la bataille…"

(lien)

Mais une levée de boucliers a lieu en Grande Bretagne lorsque les britanniques lisent que "la zone désignée pour le concert n'était pas une plage de débarquement ni un champ de bataille…" !




Qu'à cela ne tienne, la page de présentation est alors remodelée quelques temps plus tard…


 
Eh oui les compères hollandais avaient en effet oublié les "French Commandos" ! ils n'ont pas dû s'intéresser beaucoup à l'histoire du débarquement lorsqu'ils sont venus à Ouistreham. Mais peut-être ont-ils depuis lu l'article du Petit Bédouin ! Pas très honnête ni très professionnel tout cela non ? Rappelons que les valeurs censées être véhiculées par le dit "concert" sont la paix, la démocratie et le vivre ensemble.

Communication et business


A l'évidence il s'agit de profiter de du 6 juin 2019 pour lancer un très gros business lié au débarquement (11 millions d'euros de budget pour le concert réputé sans profit). Pas du tout l'esprit des commémorations habituelles.  

Un premier "Forum pour la paix" s'est tenu cette année sous l'égide de la région Normandie avec un petit concert de Youssou N' Dour sur Omaha Beach, non pas le 6 juin mais le 7 et 8 juin dernier (lien). A l'évidence certains communicants estiment qu'il est temps, avec la disparition des derniers vétérans, de passer à une exploitation touristique plus poussée de l'évènement au travers d'une image plus lissée, voire joyeuse comme lors du D-Day Festival. Cela peut se discuter. Mais dans ce cadre ne serait-il pas urgent de mettre en place une charte définitive avec les vétérans et leurs familles sur ce qu'il est possible ou non de faire sur ces plages et ailleurs aussi pour éviter à l'avenir une telle polémique à l'heure où ces mêmes plages sont candidates au patrimoine mondial de l'UNESCO ?


Document de la région Normandie pour la candidature des plages à l'UNESCO.(lien)

Nous  ajouterions pour notre part à "dans l'esprit des lieux"... et des personnes qui s'y sont sacrifiées pour notre liberté."

Quant à mettre Romain Bail il veut sans doute profiter de cette action de communication pour redorer son image bien ternie par ses déboires judiciaires (lien) ! Sans doute une nouvelle erreur de casting !

Passez les premiers messieurs les Anglais!



Les anglais n'ont pas attendu les Français pour réagir et ont rapidement mis en ligne une pétition qui compte déjà 2500 signatures dont celles de vétérans et de leurs familles. Allons-nous laisser les britanniques s'indigner seuls de voir "Sword Beach" transformée en "beach party" le 6 juin 2019 ? Une entente franco-britannique concernant ce projet semble une urgence au risque de voir, après l'affaire du Normandy Memorial Trust, les Français passer pour des sauvages irrespectueux du sacrifice de juin 1944.

(lien)

Aidez nos amis à obtenir 75 000 signatures, chiffre mythique en cliquant sur le lien ci-dessus ! 

Suivez également leur page Facebook
(lien)

En attendant c'est encore l'image de la ville de Ouistreham qui se ternit une fois de plus ! Si certains veulent dépenser 11 millions d'euros pour fêter 75 ans de paix et de liberté, pourquoi pas, mais avec des artistes ayant un message de paix et, surtout pas le 6 juin, journée de mémoire consacrée au recueillement sur toute la côte normande où le sang a été versé pour notre liberté ! Rappelons qu'au soir du D-day, l'état-major américain estime les pertes humaines à 10 600 tués, blessés ou disparus auxquelles il faut ajouter les civils (près de 4000 dans le Calvados !)

     - Pertes américaines : 6 603 hommes
     - Pertes britanniques :  3 000 hommes
     - Pertes canadiennes : 946 hommes
     - Pertes françaises (commando Kieffer) : 10 hommes tués
     - Pertes de la résistance : 124 prisonniers, tués, blessés et disparus.
     - Pertes allemandes : 6 500 hommes



N'oublions jamais !

28 juin 2018

Sword Beach party (1)

Oubliez "l'After Bac" cette "fameuse" soirée biture, officialisée par la mairie trois années consécutives, car le 6 juin 2019 est prévu un "liberty concert" sur la plage de Ouistreham.  Après des jeunes urinant sur les cabines ou vomissant leurs tripes aux urgences, place aux jeunes voulant s'engager pour la paix et la liberté... Enfin pas tout à fait comme vous allez le découvrir…

 La plage de Ouistreham

Engagez-vous!?


Le 6 juin 2019, pour le 75e anniversaire du Débarquement en Normandie, deux Néerlandais préparent un gigantesque concert à Ouistreham pour célébrer la liberté. Apparemment refusé sur une autre plage du débarquement, Romain Bail, lui, a accepté ce challenge de nos deux compères hollandais, baptisé pour plus de crédibilité, "Liberty Concert" avec le slogan "Fight for Freedom" !

(lien)

Le Liberty Concert Normandie est organisé par l’ONG néerlandaise "Peace de Resistance"(?! d'après leur document). Cette fondation participe au projet «75 ans de liberté », aux côtés de la Fondation Liberation Route Europe à l'origine de l'exposition "flop" de l'été dernier sur la plage de Ouistreham pour 10 000€. 
Si au départ ce concert est présenté comme un grand moment de liberté et d'engagement la lecture des partenariats nous laisse pour le moins perplexes lorsque l'on découvre les noms de Greenpeace et Amnesty au côté de celui de la ville de Ouistreham. D'ailleurs au sein de l'équipe nous découvrons le nom de Clothilde Nicolle "Chef de projet Normandie" et qui est aussi… chargée de mission à la mairie de Ouistreham ! Madame Nicolle était censée travailler sur le projet de Centre des relations franco-britanniques tombé en disgrâce !

Au Pays-Bas on ne fume pas que du tabac


Le billet d'entrée quant à lui est déjà prévu à 75 € pour célébrer le 75 ème anniversaire du Débarquement avec 75 000 personnes ! 75 € pour célébrer ceux qui ont payé de leur vie notre liberté ! Quelle honte ! Symbole, s'il en est, du passage de l'ère des commémorations à l'ère des festivités et du business à 11 millions d'euros !


On nous annonce également dans cet article le DJ David Guetta compositeur de sexy chick, Mylène Farmer l'interprète de "Je suis libertine je suis une catin" (elle a démenti depuis sa venue ...lien), voir le rappeur Orelsan qui a défrayé la chronique récemment pour sa chanson "Sale pute" pour rendre hommage à la liberté et au "vivre ensemble" le 6 juin 2019 ! A l'évidence aux Pays-Bas on ne fume pas que du tabac. Il ne faut pas oublier qu'au même moment auront lieu les cérémonies à la mémoire des victimes civiles et militaires sur les différents sites de la ville et de la côte.

Réinventer les commémorations du D-Day ?


"Nous avons besoin de réinventer les commémorations du D-Day. Avec le départ progressif des vétérans, nous devons trouver d’autres moyens pour célébrer la paix » dixit Romain Bail le champion des coups fourrés ! ... Sauf que le 6 juin c'est la commémoration de l'opération Overlord, le début d'une grande bataille de la Seconde Guerre mondiale. C'est la commémoration du sacrifice de plus 10 000 hommes sur nos plages pour notre liberté auxquels il faut ajouter les victimes civiles ! Monsieur Bail professeur d'histoire l'a oublié ! 

Voulant nous faire une opinion nuancée sur cette lubie irrespectueuse autant que "baillesque" nous avons eu l'idée d'interroger la personne la plus légitime sur cette commune pour recueillir son avis à savoir notre ami Léon Gautier. Fusilier marin des Forces françaises libres, il est l'un des 177 Français du commando Kieffer à avoir débarqué le 6 juin avec les Britanniques et à avoir participé à la totalité de la bataille de Normandie soit 78 jours de combats lors de la seconde guerre mondiale. Nous lui avons donc téléphoné et il nous a affirmé qu'il considérait que c'était un total manque de respect pour ses camarades vétérans ! 

Les britanniques se sont émus aussi de ce projet de Liberty Concert et le font savoir sur les réseaux sociaux et par une pétition lancée dans le monde entier. Face au scandale et en réponse aux messages outrés reçus, les organisateurs affirment sur leur page Facebook que "Seuls les artistes avec un message et un style incontesté s'inscrivent dans une telle  approche respectueuse"  ajoutant plus loin, "Et au fait, la zone exacte que nous utilisons sur Sword Beach ne faisait pas partie du champ de bataille".

Pourtant le dispositif partirait du deuxième poste de secours jusqu'au terminal du ferry donc devant le bunker, aménagé en monument connu sous le nom de "La Flamme", pris avec beaucoup de difficulté lors du débarquement par la troop 8 du Commando n°4 (lien). Rappelons que le débarquement était une gigantesque opération maritime, terrestre et aérienne et que le front de mer de Ouistreham avait été transformé en forteresse par les allemands et fut l'objet de violents combats. Y organiser une gigantesque fiesta au moment des commémorations des pertes militaires et civiles est pour le moins déplacé, dissonant pour les uns, irrévérencieux, malséant, répugnant pour d'autres... On peut fort bien célébrer la liberté dont nous jouissons depuis 75 ans un autre jour et à un autre endroit que sur un champ de bataille. Et... soyons fous : avec 75 000 personnes pour 75 €, à 75 m du sol, dans le département 75, le 75 ème jour de l'année ... ! 

(lien) (lien2)


(lien) 
Le site prévu, "La Flamme" figure sous le nom "Monument des Français Libres".Google map.



Le blockhaus transformé après la guerre en monument et la plage. 
Vous noterez également la statue de Lord Lovat.
"Respectez le lieu, respectez les hommes"
est-il écrit à Ouistreham !


...Suite de cet article dans quelques jours...

En attendant faites-vous votre opinion :

26 juin 2018

André BELLIS, une vie pour la musique

Saviez-vous que nous devons l’École de Musique Intercommunale  de Ouistreham à André Bellis, figure emblématique de la musique en Normandie. Ce grand serviteur du 4ème art est décédé en décembre dernier sans connaitre la mise à mal, par R. Bail et son conseil, de son École musicale sur notre commune ! En réduisant l’offre et donc la qualité de l’enseignement qui faisait la réputation de cette École, l'équipe municipale porte une lourde responsabilité dont les Ouistrehamais se souviendront. Et ce n'est pas en apposant une plaque "salle André Bellis" au centre socio-culturel que l'on se dédouane d'une telle vilenie ! C'est de l’hypocrisie ! 


Nous avons choisi de vous parler aujourd'hui de cet homme si remarquable.   

La musique de père en fils


André Bellis a vu le jour en Normandie en 1922 dans une famille de mélomanes puisque son père était professeur de trompette au Conservatoire de Caen. Adolescent il se passionne pour le bandonéon vouant une admiration inconditionnelle à Astor Piazzolla, célèbre bandonéoniste et compositeur argentin. En dépit de cette attirance il devient professeur de trompette après un diplôme de contrebasse. Il s'entraine à l'exercice musical dans les orchestres de bal de la région "la meilleure école qui soit" dira-t-il.

Même s'il a côtoyé Ray Ventura, Eddy Barclay,... dans de nombreux big bands où il avait son pupitre, ce milieu ne lui a jamais fait tourner la tête, sa vraie passion étant l'enseignement. "Je n'avais qu'une idée en tête, emmener mes élèves le plus loin possible" disait-il. C'est ainsi qu'il devint professeur de trompette au Conservatoire de Caen durant 31 ans et qu'il dirigea  l'orchestre d'harmonie "La Fraternelle" de Caen  pendant 21 ans.



Une école de musique à Ouistreham



Au lendemain de la seconde guerre mondiale la famille Bellis s'est installée à Ouistreham. M. François Bellis professeur de trompette au Conservatoire de Caen dirigea aussi "La Fraternelle", harmonie de Caen jusqu’en 1969, date à laquelle il passa la baguette à son fils André qui maintint le haut niveau de la formation jusqu’en 1990. A Ouistreham Monsieur François Bellis se consacra aussi à l'Union musicale, formation qui émanait de la réunion de deux orchestres sur la commune. Une salle porte d'ailleurs son nom dans les locaux de l'ancienne caserne de pompiers où se déroulaient les cours de cette Union musicale. 

Reprenant le flambeau de son père, André Bellis s'engagea dans la création de l'école municipale de musique de Ouistreham en 1963. Il en fut le directeur de nombreuses années. C'est en septembre 1986 qu'il créa l’École de Musique Intercommunale de Ouistreham (EMIO) qu'il dirigea jusqu'en 1990. Il dirigea aussi l'orchestre d'harmonie de l'Union Musicale de notre ville.


Un grand musicien et un grand professeur 


Monsieur André BELLIS est décédé le 25 décembre 2017 à 95 ans. Ses titres témoignent du respect qu'il inspirait à tous ses pairs. En effet il était : 

  • Chevalier des Arts et des Lettres
  • Officier des Palmes académiques
  • Professeur au Conservatoire de Caen
  • Soliste de l'Orchestre de Caen, du Théâtre de Caen et de Rouen
  • Directeur de l'Harmonie " la Fraternelle" de Caen
  • Directeur de l’École de Musique Intercommunale de Ouistreham
  • Vice Président de la Fédération musicale de Basse Normandie.

Mais ce qui lui tenait le plus à cœur c'était d'avoir formé une cohorte de virtuoses devenus des ambassadeurs de la trompette. Il a laissé le souvenir d'un homme d'une patience et d'une gentillesse infinies à ses anciens élèves qui lui ont tous conservé une immense admiration.



Pour en savoir plus 

17 juin 2018

Le Jardin du Petit Bonheur ... heureux !

A Ouistreham, le Jardin du Petit Bonheur a lancé sur internet, il y a quelques mois une campagne de financement participatif pour développer ce lieu de réinsertion sociale où travaillent des bénéficiaires du RSA (revenu de solidarité active) vivant dans les communes côtières et qui ne sont pas encore en capacité de travailler.

Le jardin du Petit Bonheur

Un petit rappel d'une sombre péripétie 


Ce jardin potager de 4 500 m2 mis à disposition par la commune de Ouistreham fut créé en 2012 par un Groupe d’Entreprises Solidaires, le GES Côte de Nacre, qui  gère le fonctionnement du jardin (53 000 €). La somme provient des fonds sociaux européens et du conseil départemental du Calvados. Une quinzaine de personnes sont accueillies à l’année. Elles sont encadrées par deux salariés à mi-temps : un jardinier et une animatrice sociale.


En 2016 ce beau projet a été très ébranlé en raison de la défection de la ville de Ouistreham qui finançait une partie du budget. Les arguments avancés par Romain Bail pour renoncer à verser la subvention sont d'une invraisemblable ânerie !  Allez les lire sur


Émus sans doute par tant de dureté et de bêtise de la municipalité, le conseil départemental a pris le relai en offrant 10 000 € supplémentaire et le jardin a continué son œuvre !



Objectif : 5 000 € pour investir

 

 Liberté du 1er avril 2018

Mais pour investir, le GES a cherché d’autres ressources. C’est pourquoi a été lancée une campagne de financement participatif sur le site internet Ulule avec l’objectif de récolter 5 000 € pour l’achat de matériels pour le jardin : un tunnel maraîcher (environ 600 €), un taille-haie thermique (environ 600 €), un motoculteur (1500 €), du matériel pour agrandir l’abri de jardin (1000 €).
La campagne de financement participatif a bien fonctionné et a reçu un coup de pouce inattendu de la Fondation Eiffage "Bien vivre ensemble sur tous les territoires". En effet cette Fondation, pour un euro versé, a abondé d'un euro supplémentaire dans la limite de 3 000 euros. C'est donc 115 % de la somme initiale souhaitée qui a été récoltée soit 5785€.





La plateforme ULULE


Bravo à tous ceux qui aident cette œuvre de réinsertion. Soutenez-les sur leur page Facebook et allez à leur journée "Porte Ouverte" le 20 Juin prochain.
 
https://www.facebook.com/Le-Jardin-du-Petit-Bonheur-1776385242671088/


11 juin 2018

In memoriam ...

En ces périodes de commémorations du Débarquement du 6 juin 1944 voici une ... 

rare interview du commandant Philippe Kieffer en 1961

Grâce aux archives de l'I.N.A. mises en ligne par le site du Conseil Régional de Normandie "Normandie pour la paix", on peut découvrir un rare reportage de janvier 1961 réalisé à l'occasion du tournage de la superproduction américaine de Darryl Zanuck, The longest day, Le jour le plus long.


 

Le commandant Philippe Kieffer en janvier 1961


Le valeureux officier de marine qui débarqua à la tête des fusiliers marins français du n°4 commando sur la plage de Colleville à l'aube du 6 juin 1944 et libéra Ouistreham du joug de l'occupant était conseiller technique sur le tournage du célèbre film. Il évoque dans ce court extrait l'entraînement des commandos et la libération de notre cité. On y découvre son phrasé tout particulier et son léger accent délicat mélange de son île natale, Haïti, et de son éducation toute britannique. Il avait en effet suivi une partie de ses études à Jersey et avait travaillé aux Etats-Unis avant de rejoindre, à 40 ans, la Marine nationale lors de la déclaration de guerre.

Le reportage est daté de janvier 1961, Kieffer décédera en novembre de l'année suivante, il est inhumé à Grandcamp-les-bains dans le Calvados.

05 juin 2018

Les arbres de Mandela.

Mandela Day


La chorale de Ouistreham avait proposé, à l’occasion du 100ème anniversaire de la naissance de Nelson Mandela un récital de musique sud-africaine avec Lhente Mari Pitout chef de chœur de Pretoria (Afrique du Sud) puis la projection du film « Une saison blanche et sèche » (a dry white season) le dimanche 20 mai à 20h30 au cinéma Le Cabieu. Ce film a été tiré d'un roman de André Brink, très grand écrivain afrikaner ayant pris conscience des effets néfastes de l'apartheid sur ses concitoyens noirs. On lui doit de magnifiques romans. 
Lors de cette belle soirée à thème du 20 mai au Cabieu un chêne fut planté pour célébrer le 100 ème anniversaire de la naissance de Nelson Mandela. Dans ce parc, destiné pendant quelques mois à la construction d'un parking souterrain et d'une résidence de standing, trône désormais un arbre symbole de longévité ! Louable intention. Vous noterez, sur la photographie, la présence d'une personne avec une écharpe tricolore. Ce n'est pas un photomontage, d'ailleurs il y avait un cliché officiel sur le site de la mairie.



Quatre mois après avoir fait la une de la page Facebook du Front National, 
le porteur de l'écharpe tricolore plante un arbre pour Mandela...


Il est vrai que c'est plus honorable de se faire prendre en photo dans ces circonstances ... plutôt que de poser avec une député du Front National ... non ?

La vie ou le profit ?


Sur la promenade de la paix c'est un tout autre spectacle qui se joue avec les très onéreuses planches (900 000 € T.T.C pour l'ensemble!) en cours d'installation, peut-être pour les souvenirs d'enfance de M. B. ? 

Nous avons découvert par la presse que " La promenade est réalisée en MOABI, un bois exotique en provenance d'Afrique qui résiste naturellement et sans traitement à une exposition extérieure.(lien). Rien de moins que le MOABI, un magnifique arbre des forêts primaires africaines que certaines populations considèrent comme sacré ! En 2005 déjà les Amis de la Terre (lien) avaient publié un document complet pour la protection des forêts tropicales humides et mis en place une campagne d'information alertant sur la vulnérabilité de cette essence d'arbre.

(Lien)
"Le moabi est l'un de ces arbres qui incarnent l'harmonie entre l'Homme et la Nature. C'est un arbre qui ne pousse que dans les forêts tropicales humides d'Afrique entre le Nigéria et la République démocratique du Congo. Avec 60 mètres de hauteur atteinte à l'âge de 600 ans, le moabi est non seulement le plus grand arbre du continent africain mais également un vestige vivant des dernières forêts primaires." lit-on dans ce document.




Une espèce d'arbre classée "vulnérable"(lien) sur la liste rouge des espèces menacées
 pour "La promenade de le paix", drôle de symbole non?

Et en effet le moabi (baillonella toxisperma) est dans la liste rouge de l'International Union for Conservation of Nature and Natural Ressources (IUCN). Il y est classé comme "vulnérable".

(lien)


Du bois labelisé FSC nous opposera-t-on... Sauf que Greenpeace international (qui participé à la création de ce label il y a 25 ans) vient de se retirer de celui-ci en raison de la trop grande incertitude quant à l'origine des bois provenant de pays "où la gouvernance est faible"...(lien) Même une grande chaîne de magasins comme "Point.P" se refuse à commercialiser du moabi!(lien)

Prétendre promouvoir la paix de cette façon est-ce cohérent? Certainement pas! Souhaitons en tout cas une longue vie au chêne de Mandela. Quant aux majestueux moabis africains désormais découpés en planches que nous foulons de nos pieds, qu'ils puissent  inciter à réfléchir sur le sens de notre relation avec ce continent et aux hommes et aux femmes qui y vivent. 


"Le continent africain est déjà conscient de l'importance de l'environnement. Mais la plupart des problèmes du continent en matière d'environnement découlent simplement de la pauvreté et du manque d'éducation"   

                                                     Nelson Mandela  in "Conversations avec moi-même" (2010)



Pour en savoir plus


http://www.liberation.fr/terre/2006/05/06/l-est-du-cameroun-prive-des-fruits-du-moabi_38413
https://www.greenpeace.fr/changement-dadhesion-de-greenpeace-international-fsc-mars-2018/
http://www.telerama.fr/livre/le-romancier-andre-brink,122652.php

03 juin 2018

Un ténor défend l'EIMO

Cyril DUBOIS, ténor reconnu, défend l'Ecole Intercommunale de Musique de Ouistreham sur sa page Facebook. Ancien élève de cette Ecole il n'a pas oublié ces premières années musicales et le premier tremplin qu'elle fut pour lui. Il a rédigé une lettre ouverte magnifique, au maire de Ouistreham et au Président de la Communauté d'agglomération de Caen-la-mer, que nous avons décidé de publier pour ceux qui ne l'auraient pas lue sur la page  Facebook de "SOS - Ecole de Musique de Ouistreham".
Lettre ouverte au Maire de Ouistreham Riva-Bella et au Président de la Communauté d'agglomérations de Caen-la-mer.

Messieurs,

Je viens d'apprendre avec consternation la décision de la majorité de la municipalité de Ouistreham Riva-Bella de réduire les heures allouées à l'école de musique de Ouistreham.
Maintenant chanteur professionnel reconnu, je suis moi même passé sur les bancs de cette école de musique avant de rejoindre ceux du conservatoire de Caen puis bien plus tard ceux de Paris. Si j'ai pu suivre ce parcours, c'est parce que le maillage local des "petites écoles de musique" a su me mettre sur les bons rails et proposer un enseignement de qualité qui m'a permis sans mal d'intégrer ensuite les horaires aménagés de la maîtrise de Caen.

J'avais salué la volonté de créer une salle de spectacle sur la côte, répondant à un besoin évident du territoire et j'espère toujours qu'elle pourra voir le jour. Mais aujourd'hui cette décision de réduction d'heures vous emmène sur une pente dangereuse. À l'heure ou l'obscurantisme rampe dans le cœur de nos territoires et croît dans les esprits, le besoin de culture n'a jamais été aussi urgent. La musique est un langage universel qui a toujours fédéré, rassemblé les amoureux de cet art (professionnels comme amateurs) pour élever les consciences et apporter du baume aux difficultés de la vie.

Il faut impérieusement s'affranchir des logiques comptables pour conserver cette belle exception! Je conçois qu'une petite commune ne puisse supporter seule les charges d'une école de musique ambitieuse, mais la communauté de communes (ou d'agglomérations) doit alors prendre sa part et réfléchir au maillage à développer au sein de son territoire pour ne pas laisser peu à peu les communes périphériques se vider d'infrastructures de qualité. L'accès à la culture ne peut se limiter aux centres villes! Et plutôt que de regrouper tout dans les métropoles, il faut une volonté politique farouche pour défendre ces structures décentralisées.

C'est en tous cas bien mal rendre hommage au travail d'André Bellis créateur visionnaire de cette structure, récemment décédé, et de ses successeurs que de sauter sur la première occasion ou la première difficulté pour supprimer des crédits. Cette école de musique a depuis longtemps fait ses preuves. C'est pourquoi je ne comprends pas cette décision et à l'heure où les listes d'attentes sont aussi longues, les explications budgétaires ne sauraient la légitimer!

C'est pourquoi je vous supplie de revenir sur cette décision de suppression d'heures et vous invite à engager une véritable réflexion sur votre vision culturelle avec les acteurs locaux du monde de la musique  (qui semblent décidément bien mal considérés suite aux récents problèmes du conservatoire et maintenant de cette école de musique). Je resterai pour ma part toujours attentif à ces entités qui m'ont construit et auxquelles je rends régulièrement hommage et suis toujours disponible pour partager une vision alternative sur la place de la musique dans le territoire (bas)-Normand.

La culture et la musique se parent de nombreux visages, certains sont plus accessibles que d'autres: d'aucuns préfèrent la variété, d'autres la musique savante. L'une comme l'autre sont nécessaires et l'une ne saurait vivre sans l'autre. (Même ceux qui deviennent des artistes grand public passent un jour par le langage de la musique classique). Aussi loin d'être un investissement élitiste, la musique en général est un pari sur l'avenir qui permettra peut-être à des enfants en mal de repères dans des parcours "standards" de trouver leur voie et de s'accomplir, de se découvrir un nouvel univers! Ou à des adultes, d'approfondir leur passion.... Cela ne donnera pas de résultats aujourd'hui, ni même au crépuscule de vos mandats, il faut 20 ans pour récolter les fruits d'une politique volontariste dans la culture…

Ma question est: Aurez vous le courage de porter cette ambition pour la Culture?

Respectueusement.

Cyrille Dubois
Sources

  • page Facebook de "SOS - Ecole de Musique de Ouistreham".
  • page Facebook de Cyril Dubois
Adhérez, soutenez l' ASCORB !